Logo

Les Vaudois en piste pour Rio

29 juillet 2016 | Edition N°1796

Rio 2016 – Les coureurs du VC Orbe Cyrille Thièry et Théry Schir préparent, avec les quatre autres sélectionnés, les Jeux olympiques au Vélodrome suisse de Granges. Rencontre avant leur départ.

Les poursuiteurs ont fait quelques tours pour la presse. En 2e position, Cyrille Thièry. Théry Schir est, lui, en train de se replacer. ©Michel Duperrex

Les poursuiteurs ont fait quelques tours pour la presse. En 2e position, Cyrille Thièry. Théry Schir est, lui, en train de se replacer.

Granges, dans le canton de Soleure, fait presque figure d’enclave vaudoise depuis la semaine dernière. Les six pistards suisses qui s’y entraînent et qui s’envoleront pour Rio de Janeiro, le 1er Août, pourraient presque rouler en vert et blanc : cinq d’entre eux vient «de chez nous». Nouveaux vélos high-tech, tenues Swiss Olympic à quatre épingles, ils étaient lumineux, hier, pour la conférence de presse avant les Jeux olympiques.

Les poursuiteurs Cyrille Thièry, Théry Schir -les deux as du VC Orbe-, Frank Pasche, Olivier Beer et Silvan Dillier -l’Argovien-, vivront leurs premières Olympiades, en compagnie de Gaël Suter, qui s’alignera en omnium. «Pourquoi tant de Vaudois ? C’est probablement grâce à la piste du Centre mondial du cyclisme, réagit Daniel Gisiger, l’entraîneur national. Les infrastructures d’Aigle nous ont permis de monter un tel projet.»

A 23 ans, Théry Schir est un pur talent, capable de toucher à tout. Après la déception de Londres, le Lausannois du VC Orbe affirme que le quatuor ne commettra pas les mêmes erreurs. «On arrivera à Rio assez en avance pour s’adapter à la piste. On n’aura pas d’excuses.» ©Michel Duperrex

A 23 ans, Théry Schir est un pur talent, capable de toucher à tout. Après la déception de Londres, le Lausannois du VC Orbe affirme que le quatuor ne commettra pas les mêmes erreurs. «On arrivera à Rio assez en avance pour s’adapter à la piste. On n’aura pas d’excuses.»

Les sélectionnés se sont réunis toutes les trois semaines, environ, durant la saison sur route, pour travailler la technique. Les choses se sont intensifiées depuis la fin juin. Ils viennent d’effectuer un stage de trois semaines en altitude, dans les Grisons, avant leur arrivée à Granges. Une préparation sérieuse seulement entrecoupée par les impondérables des JO, comme la réception du matériel et la journée dévolue aux médias. «La date approche, on ne peut plus s’empêcher de penser aux Jeux. La pression monte», reconnaît Cyrille Thièry. Le Chavornaysan de 25 ans est le repêché, celui qui remplace Stefan Küng, blessé. En pleine fine après une demi-saison sur route couronnée de nombreux succès, le Nord-Vaudois n’est pas qu’une roue de secours. Tous le répètent à bien plaire : les hommes en forme le jour J composeront le quatuor qui courra à Rio. «A partir du moment où je suis de l’équipe, mon but sera d’être au top le 11 août, que je roule ou non.»

Plus qu’une hiérarchie parmi les cinq éléments éligibles pour la poursuite par équipes, il y a des rôles distincts. «Frank est, habituellement, notre démarreur, explique le Lausannois du VCO Théry Schir. Pour ma part, je suis le deuxième. C’est à moi de mettre l’équipe dans le bon rythme. Les 3 et 4 ont de plus longs relais à effectuer. C’est la mission confiée, généralement, à Cyrille, Silvan et Olivier. Cela dit, on change parfois nos postes à l’entraînement, afin de parer à toute éventualité.»

Au Brésil, l’un d’entre eux se retrouvera en tribunes le jour de la course. Ils connaissent les règles du jeu, sont des amis de longue date et font preuve d’un bel esprit de corps. Il n’y aura pas de place pour l’individualisme. «Le but, pour nous tous, est que la Suisse fasse un résultat», tranche Théry Schir. «On a plus de pression quand on court en équipe, car celui qui se retrouve dans un mauvais jour pénalise tout le monde», ajoute Cyrille Thièry.

Forme olympique

Repêché suite à la blessure de Stefan Küng, le Chavornaysan Cyrille Thièry, dans la forme de sa vie cette saison, a une chance en or de marquer les esprits à Rio de Janeiro. ©Michel Duperrex

Repêché suite à la blessure de Stefan Küng, le Chavornaysan Cyrille Thièry, dans la forme de sa vie cette saison, a une chance en or de marquer les esprits à Rio de Janeiro.

Quand on parle objectifs, Daniel Gisiger élude le podium : «La Grande-Bretagne, l’Australie, le Danemark et la Nouvelle-Zélande sont au-dessus du lot, estime l’entraîneur. On espère faire la finale 5-6.» Peut-être une façon d’évacuer un peu la pression qui pèse sur les épaules de ses hommes, après des Mondiaux en-deça des expectatives, il y a quelques mois. Mais même sans leur leader et moteur Stefan Küng, les coureurs restent ambitieux. «On continue à y croire», lance Frank Pasche. «On veut établir un nouveau record de Suisse aux Jeux. Avec un tel temps, on peut espérer un résultat, affirme Théry Schir. Sans Küng, on est obligés de tous se responsabiliser.»

Dans tous les cas, même sans repères en compétition sur piste depuis les Championnats du monde de Londres, en mars dernier, les pistards affirment être plus affûtés que quand ils avaient fait tomber le chrono national, en octobre 2015, sur l’anneau de Granges. «On sait tous très bien où on en est physiquement. Faire cette demi-saison sur route nous a permis de prendre un peu de caisse», confirme Cyrille Thièry. «D’habitude, on se prépare pour la piste durant l’hiver, continue Théry Schir. Je préfère l’été. J’ai l’impression d’être dans une meilleure forme. Le niveau de base est plus élevé, le rythme est là.» Les voilà prêts à vivre «les jours les plus intenses » de leur carrière.

Leur programme

Les pistards suisses partent lundi pour le Brésil. Il logeront au village olympique. Après trois jours d’adaptation et de récupération active, ils entameront un mini cycle d’entraînement de trois jours, avant la préparation à la course. Les poursuiteurs seront engagés le jeudi 11 août, pour les qualifications. Le premier tour et la finale auront lieu le lendemain. En omnium, Gaël Suter courra les 14 et 15 août. Il n’est pas certain qu’ils prennent part au cortège de la cérémonie d’ouverture (vendredi 5 août). Les épreuves seront retransmises en direct ou en différé sur la RTS.

Enregistrer

Enregistrer

Manuel Gremion