Logo

Michel Tatti épaulera Cesla Amarelle

5 juillet 2017 | Edition N°2031

Yverdon-les-Bains – Directeur du Centre professionnel du Nord vaudois (CPNV) depuis 2003, Michel Tatti a été nommé collaborateur personnel de la nouvelle conseillère d’Etat en charge du Département de la formation, de la jeunesse et de la culture

Michel Tatti a remis pour la dernière fois, mercredi dernier, les diplômes aux lauréats du CPNV. ©Alkabes-a

Michel Tatti a remis pour la dernière fois, mercredi dernier, les diplômes aux lauréats du CPNV.

Le Conseil d’Etat a annoncé, hier, la désignation de Michel Tatti, directeur du Centre professionnel du Nord vaudois (CPNV), au poste de collaborateur personnel de la conseillère d’Etat Cesla Amarelle, avec effet au 1er juillet. «J’ai proposé son nom, car c’est quelqu’un qui connaît extrêmement bien toutes les filières de formations et les problèmes qui y sont liés. C’est aussi un spécialiste de l’éducation et, surtout, un homme de terrain», confie l’Yverdonnoise Cesla Amarelle, qui est entrée en fonction au début du mois.

De son côté, Michel Tatti ne s’attendait pas à un tel honneur : «C’est une surprise complète et c’était totalement imprévu ! A cinq ans de la retraite, j’étais plutôt en train de gentiment me préparer à organiser mes vingt-cinq prochaines années loin du monde professionnel.» Hier, il a reçu les clés de son bureau à Lausanne et s’apprête à entamer une nouvelle aventure avec beaucoup d’entrain. «Je viens de rajeunir de vingt ans ! C’est un challenge génial.»

 

Quarante ans d’expérience

 

Si Michel Tatti a été choisi pour épauler la cheffe du Département de la formation, de la jeunesse et de la culture (DFJC) du canton de Vaud, c’est notamment en raison de sa longue expérience dans le domaine de l’éducation. En effet, ce citoyen de Grandevent tenait les reines du CPNV depuis plus de quatorze ans, un établissement qui regroupe dix filières de formations dans les domaines artisanaux, commerciaux, industriels, techniques et sociaux sur les sites d’Yverdon-les-Bains, Payerne, Sainte-Croix et Lausanne. Il siège, par ailleurs, au sein de diverses commissions romandes et fédérales.

Mais sa passion pour l’éducation remonte à bien plus loin, puisqu’il est titulaire d’une licence en sciences de l’éducation de l’Université de Genève, d’un diplôme fédéral de formateur en entreprise et d’un CAS de rédaction stratégique en communication. Il a également exercé la profession d’enseignant et dirigé la section «Formation continue et perfectionnement» au sein de l’institut pédagogique de la République et Canton du Jura avant de devenir directeur adjoint de l’Institut suisse de pédagogie pour la formation professionnelle, rebaptisé plus tard Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle (IFFP).

 

A la recherche d’un directeur

 

«C’est quelqu’un qui connaît extrêmement bien toutes les filières de formations et les problèmes qui y sont liés. C’est aussi un spécialiste de l’éducation et, surtout, un homme de terrain.» Cesla Amarelle, conseillère d’Etat.

«C’est quelqu’un qui connaît extrêmement bien toutes les filières de formations et les problèmes qui y sont liés. C’est aussi un spécialiste de l’éducation et, surtout, un homme de terrain.» Cesla Amarelle, conseillère d’Etat.

«J’ai été contacté il y a à peine quinze jours, lance Michel Tatti. Tout a été très vite.» De ce fait, rien n’avait été préparé pour un tel changement organisationnel au sein du centre professionnel. «Je vais passer mon été entre le CPNV et mon nouveau poste de conseiller», poursuit-il. En attendant que son successeur soit désigné, ce sera la directrice adjointe de l’établissement, Oriane Cochand, âgée de 39 ans, qui prendra la tête du CPNV. Dans ce cadre, le Conseil d’Etat a autorisé le DFJC à repourvoir pour le 1er décembre 2017, ou une autre date à convenir, le poste de directeur-trice de l’établissement selon la procédure habituelle, à savoir, par voie de transfert ou de mise au concours.

Com. /C. Md ■

Enregistrer

Com./Réd.