Logo

MiniMove a suscité un maxi entrain

18 novembre 2019 | Edition N°2626

Yverdon-les-Bains
Le nouveau rendez-vous sportif et social de la ville a réuni 383 parents et enfants hier matin.

 

Il pleut, c’est dimanche matin, et il n’y a pas grand-chose à faire à la maison avec les enfants, hormis regarder la télévision. Pourquoi ne pas aller bouger et rencontrer des gens? C’est la conclusion à laquelle est arrivée Tatiana. Maman de la petite Alba, 2 ans, elle est venue à la salle de gymnastique du Collège des Rives, à Yverdon-les-Bains, pour tester une nouvelle activité: MiniMove.

Tatiana (à dr.) et sa fille Alba, 2 ans, ont passé un dimanche bien plus fun que devant un écran. En plus, elles se sont fait des amis en jouant à la corde à sauter. © Michel Duperrex

Imaginé par IdéeSport et porté par le Service des sports de la Ville, ce projet vise à réunir parents et enfants chaque dimanche matin durant l’hiver, afin qu’ils puissent partager un moment ludique, sportif et convivial gratuitement. Un papa qui fait une course de sac avec son fils, une maman qui se prend pour un poney conduit par sa fille, une petite famille qui encourage ses deux enfants à traverser un tunnel de tapis de gym: petits et grands s’en sont donné à cœur joie. «On est venus pour s’éclater et pour amuser les enfants!», avoue un papa, en balançant sa petite princesse habillée en tutu sur une balançoire faite d’un tapis suspendu à des anneaux. «Qu’est-ce qui nous a motivés à venir? Le mauvais temps, avoue Valentine Favre, qui a débarqué avec son mari et ses deux enfants. Par contre, je ne m’attendais pas à ce qu’il y ait autant de monde!»

L’intégration et la cohésion par le sport

Ce n’est pas la seule à avoir été surprise du succès de ce premier rendez-vous. La coordinatrice du projet MiniMove, Tess Rosset, n’en revenait pas non plus de constater que 383 personnes avaient fait le déplacement. «C’est la plus grande inauguration que l’on ait fait en Suisse romande», assure-t-elle. Et pourtant, IdéeSport n’en est pas à son coup d’essai. Plus de 160 projets ont été lancés en Suisse, dont douze MiniMove. Mais c’est la première fois que ce programme pour les enfants âgés de 2 à 5 ans s’installe du côté francophone du pays. «On n’a jamais eu à fermer un seul projet et vu le succès rencontré aujourd’hui, je pense que ce ne sera pas non plus le cas ici. On va plutôt créer des envieux», se félicite Tess Rosset, qui travaille dans l’ombre depuis janvier pour mettre sur pied ce concept.

Yverdon, 17 novembre 2019. Collège des Rives, Mini Move. © Michel Duperrex

Pour s’assurer qu’il fonctionnerait, elle a créé une alliance avec plusieurs acteurs locaux, plus à même qu’elle de connaître les besoins et attentes des Yverdonnois. Pédiatre, diététicien, représentant de la communauté portugaise, des mamans, ou encore un délégué à l’intégration ont participé à la réalisation du rendez-vous.
Répartis dans deux salles en fonction de leur âge, les jeunes ont pu grimper, sauter, glisser à leur guise. «C’est un plaisir de voir le succès de ce projet. Ce programme est visiblement une magnifique idée», souligne le syndic Jean-Daniel Carrard, venu inaugurer MiniMove. Avant d’ajouter: «On a remarqué certes une augmentation des activités sportives pour adultes, mais aussi une baisse de celles des adolescents. MiniMove prend le problème à la racine avec, comme bénéfice collatéral, qu’il fait aussi bouger les parents.» Autre avantage noté: la cohésion. Avec les multiples ateliers, les membres de la famille créent des liens entre eux et avec les autres. Venus d’ici et d’ailleurs, les petits apprennent aussi la patience et le partage, deux notions pas toujours faciles à accepter.

Yverdon, 17 novembre 2019. Collège des Rives, Mini Move. © Michel Duperrex

Christelle Maillard