Logo

Les Nord-Vaudois racontent leur 1er Août

31 juillet 2017 | Edition N°2049

Nord vaudois – A l’approche de la Fête nationale, La Région Nord vaudois a sillonné villes et villages, afin de savoir ce que signifie cet événement, qui commémore le pacte fédéral de 1291, pour les habitants du district.

Feux d’artifice, drapeaux suisses, cortèges aux lampions et allocutions officielles font partie intégrante de la traditionnelle fête du 1er Août. Mais que symbolise cet événement pour les Nord- Vaudois ? Si, pour certains, cette manifestation est l’occasion de se retrouver ensemble, en famille ou avec des amis, et de partager un bon repas, pour d’autres, elle n’a aucune signification particulière, si ce n’est de faire profiter d’un jour de congé, avant de reprendre le travail le lendemain.

A la plage d’Yverdon-les-Bains, à la piscine d’Orbe, devant les portes du Château de Grandson ou directement chez l’habitant, petit tour d’horizon de la Fête nationale à travers plusieurs rencontres.

 

Christiane Gri, Bonvillars

Christiane Gri

Christiane Gri

«Enfant, je me souviens des lampions et du cortège avec mon grand-père, souligne la municipale du village, qui a décoré la barrière de sa maison avec des petits drapeaux suisses. J’apprécie les décors traditionnels à l’occasion du 1er Août, mais aussi lors de la Fête des vendanges et de l’Abbaye. J’ai toujours voulu rappeler à mes enfants qu’au moins une fois par an on est Suisse. Cette année, la Commune invite la population à venir déguster une soupe aux pois, il y aura également des cervelas pour les enfants. C’est un moment convivial que j’aime partager avec les habitants de Bonvillars.»

 

 

Joël Buchler, Sainte-Croix

Joël Buchler

Joël Buchler

«Vous voulez savoir ce que j’en pense, du 1er Août ? Et bien, je m’en fiche un peu, avoue, du tac au tac, ce pétillant Sainte-Crix, venu partager un moment en famille à la plage d’Yverdon-les-Bains. Mais ce qui me fascine, ce sont les feux d’artifice. Depuis quelques années, mon village organise de magnifiques spectacles à l’occasion de la Fête nationale. Et ce que j’apprécie également, c’est de pouvoir admirer les feux en plaine. On a une vue imprenable depuis le Balcon du Jura.»

 

 

 

Masha Peev, Orbe

Masha Peev

Masha Peev

Les écouteurs sur les oreilles, l’étudiante aux longs cheveux, d’origine serbe, s’apprête à se rendre à la piscine d’Orbe lorsque nous lui demandons ce que symbolise la Fête nationale pour elle. «Le 1er Août, c’est un prétexte pour se retrouver et festoyer avec ma grande famille. Mardi, j’irai à Ouchy admirer les feux d’artifice. Je me réjouis déjà.»

 

 

 

 

 

Christian Leuenberger, Champagne

Christian Leuenberger

Christian Leuenberger

«Je peux comprendre que les gens souhaitent fêter le 1er Août, glisse cet ouvrier en bâtiment, en train d’enlever la bâche de sa piscine. Mais pour moi, ce n’est pas un élément essentiel de mon identité suisse. C’est un jour comme un autre, sauf qu’on a congé. Dans le milieu du bâtiment, ce jour est rémunéré depuis une dizaine d’années seulement.»

 

 

 

 

 

Arnold von Bauer et Alicia Oguey, Yverdon-les-Bains

Arnold von Bauer et Alicia Oguey

Arnold von Bauer et Alicia Oguey

«Pour être tout à fait honnête, je n’ai jamais fêté le 1er Août dans le Nord vaudois», affirme ce Morgiens, qui a quitté, depuis le mois d’avril, le Léman pour s’installer au bord du lac de Neuchâtel. Ma mère habite à Morges et, chaque année, on admire les feux depuis la rive avec mon amie.»

 

 

 

 

 

Hanni Buri, Lyssach (BE), en visite à Grandson

Hanni Buri

Hanni Buri

C’est sur son vélo, à proximité du Château de Grandson, que nous rencontrons cette touriste bernoise à la retraite. «Demain (ndlr : ce soir), je participe à une fête dans le village voisin d’Oberburg (BE). Et le lendemain, on célébrera le 1er Août en famille sur une colline qui se nomme Hubel von Rohrmoos. Si le temps le permet, on préparera des grillades.»

 

 

 

 

 

Lucky Gimber, Chavornay

Lucky Gimber

Lucky Gimber

«Je suis né en Suisse, mais ma mère est Thaïlandaise et mon père est Allemand. Depuis mon plus jeune âge, j’ai toujours célébré le 1er Août, révèle ce futur gymnasien qui s’apprête à prendre son train. Je n’ai encore rien prévu pour mardi, mais comme d’habitude, je vais improviser.»

 

 

 

 

 

Lionel Marmier, Yverdon-les-Bains

Lionel Marmier

Lionel Marmier

«Cette année, je célèbre la Fête nationale avec mes amis, confie ce développeur en informatique, à la plage de la Cité thermale. On va préparer une fondue à la tomate. Même si je ne suis pas du tout patriote, je trouve quand même important de fêter cette tradition et la réunification des trois premiers cantons.»

 

 

 

 

 

Les communes boudent la Fête nationale

 

Budget, sécurité, protection de l’environnement… les motifs sont divers, mais plus d’une commune suisse sur dix ne prévoit aucune fête particulière pour le 1er Août.

Aucune fête du 1er Août n’aura lieu dans 13% des communes suisses. Le budget des festivités a par ailleurs été réduit dans 5% d’entre elles.

Fêtez-vous le 1er Août ? La question a été envoyée aux 2254 communes par l’Association des communes suisses dans le cadre d’un sondage, publié vendredi dernier par les quotidiens 24 heures et Tribune de Genève. Seules 910 d’entre elles ont répondu, dont 119 par la négative. Parmi les raisons avancées à cette impasse, se trouve le manque de participants et de bénévoles. La coopération entre les communes, qui organisent alors alternativement les festivités, en est une autre.

Par ailleurs, 43 des 910 communes participantes ont affirmé avoir réduit leur budget. Les économies se font principalement sur les feux d’artifice et pas toujours pour des raisons financières. A Wetzikon (ZH), les feux ont été supprimés pour des raisons de protection de la nature. ATS ■

Enregistrer

Valérie Beauverd