Logo

Une nouvelle concession sort de terre

24 octobre 2017 | Edition N°2108

Champagne – La construction d’un garage Skoda par l’entreprise Lanthemann est en train de se concrétiser. Une arrivée qui ne ravit pas forcément les entreprises de la région.

D’après Gaël Lanthemann, son futur garage Skoda devrait être hors d’eau avant Noël et pourrait ouvrir, si tout va bien, d’ici l’été prochain. ©Carole Alkabes

D’après Gaël Lanthemann, son futur garage Skoda devrait être hors d’eau avant Noël et pourrait ouvrir, si tout va bien, d’ici l’été prochain.

Ce qui n’était qu’une vaste étendue de terre et d’herbe est en train de se transformer en une concession automobile flambant neuve. Depuis fin septembre, des ouvriers sont à pied d’œuvre, à Champagne, pour avancer le chantier de Gaël Lanthemann, directeur des garages neuchâtelois Lanthemann. Car cet économiste a prévu d’implanter une succursale, avec l’appui de la marque Skoda, sur l’un des terrains jouxtant l’autoroute en direction d’Yverdon-les-Bains (lire La Région Nord vaudois du 5 janvier).

Si le jeune entrepreneur a obtenu le permis de construire en mai 2017, il a, toutefois, retardé le début des travaux, afin de procéder à quelques «ajustements»: «Nous avons dû réduire la taille du bâtiment, confie-t-il. Au départ, il devait y avoir un second étage pour installer un hôtel à pneus (ndlr : ce service permet aux clients de stocker leurs roues supplémentaires chez leur garagiste). Mais, pour une question de coûts, nous avons dû le supprimer et trouver une alternative pour proposer cette prestation.» Sans dévoiler l’économie ainsi réalisée, le directeur a précisé que la construction des installations est estimée à environ 3,5 millions de francs.

 

«Je doute que ce nouveau garage vende plus de 200 autos.» Vincent Martin, Garage Bel-Air.

«Je doute que ce nouveau garage vende plus de 200 autos.» Vincent Martin, Garage Bel-Air.

Un budget conséquent qui ne tient pourtant pas compte du projet dans son ensemble. En effet, ce montant a été calculé en fonction de la surface qui sera exploitée par le concessionnaire dès 2018, soit 900 m2, dont notamment un showroom de 300 m2 et un atelier mécanique avec cinq ponts élévateurs. Or, il ne s’agit que d’une première étape, puisque le bâtiment en question ne s’étend que sur la moitié de la parcelle acquise par l’entreprise neuchâteloise. «Nous avons étudié nos plans dans le but de nous étendre, déclare, sans détour, Gaël Lanthemann. Mais, pour l’instant, ce n’est pas à l’ordre du jour.»

 

Retour d’une marque perdue

 

L’arrivée de la famille Lanthemann dans le Nord vaudois marque également le retour de la marque Skoda, puisque celle-ci n’y était plus représentée depuis la résiliation de son partenariat avec le garage Senn, à Yverdon-les-Bains, fin 2014. «Notre plus grand défi consistera à remonter l’attrait de la marque dans la région, explique le Neuchâtelois, qui devra vendre environ 240 automobiles neuves par an, afin de réaliser l’objectif imposé par le constructeur. Nous devrons donc mettre les bouchées doubles au niveau de la communication.»

Un défi qui n’effraie pas le jeune économiste : «Vu le dynamisme et le développement de la région, le Nord vaudois est un marché porteur, bien plus que celui de Neuchâtel, considère Gaël Lanthemann. Il faut aussi dire que nous ne nous serions certainement pas lancés dans une telle aventure si nous n’avions pas décroché un contrat avec une marque porteuse.»

 

Un concurrent redoutable

 

«La marque Skoda attirera forcément des clients.» Michel Crisinel, Clinic Cars

«La marque Skoda attirera forcément des clients.» Michel Crisinel, Clinic Cars

Du côté des concessionnaires nord-vaudois, les avis sont mitigés quant à l’arrivée du groupe Lanthemann : «C’est un garage de plus, donc un nouveau concurrent, confie Vincent Martin, directeur du Garage Bel-Air. Même si la concurrence c’est plutôt un stimuli positif, je doute qu’il réussisse à vendre plus de 200 autos parce que la région ne représente pas un potentiel suffisant pour atteindre ce chiffre.» «La démarche est peut-être trop ambitieuse pour le marché actuel, renchérit Michel Crisinel, patron de Clinic Cars, à Yverdon-les-Bains. En même temps, Skoda est le genre de marque qui attire forcément des clients, sans même avoir besoin de trop se battre.»

Il faut dire que le Skoda est le quatrième constructeur automobile préféré des Suisses -derrière Volkswagen, BMW et Mercedes-, avec plus de 21 000 voitures vendues en 2016, selon Auto-suisse, l’association des importateurs généraux suisses de voitures. Et qu’elle a été désignée à quinze reprises comme la marque offrant le meilleur rapport qualité-prix par le magazine Auto Illustrierte.

Mais, ce n’est pas uniquement la notoriété du fabricant tchèque qui interpelle l es garagistes locaux ; c’est aussi le fait que ce soit un Neuchâtelois qui ait obtenu l’accord de partenariat avec la marque d’Amag, car plusieurs entreprises établies depuis longtemps dans la région étaient en lice pour décrocher ce contrat. «J’avais eu des contacts avec Amag et j’avais même un peu insisté pour avoir la marque, raconte Michel Crisinel. Mais les données sont claires : Skoda ne veut pas travailler avec de nouveaux garages privés qui ne sont pas encore revendeurs de véhicules du groupe Amag.» D’autres concurrents regrettent aussi que ledit groupe n’ait pas daigné donner une réponse à leur candidature, alors que celle-ci a occasionné d’importants frais : établissement d’un business plan, de plans d’architectes, etc.

Ces opinions ne touchent, pourtant, guère le directeur neuchâtelois : «De toute façon, mes concurrents devront faire avec, car je ne suis pas là pour faire de la figuration», conclut Gaël Lanthemann.

 

Qu’en est-il de Senn ?

 

Comme le groupe Lanthemann, Senn a aussi acquis un terrain à Champagne pour y construire une carrosserie et un parc pour la vente de voitures d’occasion. Malgré l’octroi du permis de construire par la Commune en début d’année, le garage n’a toujours pas débuté son chantier. Une situation que le syndic Fabian Gagnebin, a tenté d’éclaircir, en vain : «Senn nous a répondu qu’il réévaluait le projet et, depuis le printemps dernier, nous n’avons plus de nouvelles», a-t-il confié.

 

Un marché qui évolue

 

L’arrivée de Skoda n’est pas le seul changement prévu dans le Nord vaudois. En effet, la marque Renault, figurant aussi dans le top 10 des meilleurs ventes en Suisse, a décidé de résilier son partenariat avec le garage Y-Cars S.A., basé à la route de Lausanne, à Yverdon-les-Bains. D’après nos sources, il se pourrait qu’un accord soit en cours de discussion avec un garage, situé à l’autre bout de la ville. Une information qui n’a, pour l’heure, pas été confirmée.

Enregistrer

Christelle Maillard