Logo

Nyon possède un temps d’avance

16 mars 2018 | Edition N°2207

Yverdon Sport s’est incliné 2-1 dans le choc contre les Stadistes, avant-hier, se retrouvant à douze points d’un leader plus mature.

Celle-là fait mal. Yverdon Sport a perdu le match au sommet, celui qui devait lui permettre de se relancer dans la course à la promotion. La défaite, concédée 2-1 au Stade Municipal contre le Stade Nyonnais, n’est pourtant pas choquante. Les visiteurs, néo-leaders du championnat, ont laissé une impression plus aboutie sur le terrain: plus incisifs à l’heure d’attaquer, plus sereins dans les instants difficiles. A maturité, la troupe dirigée par Oscar Londono a, comme redouté, un temps d’avance sur YS dans son processus de croissance.

Les Yverdonnois ont rejoint les vestiaires frustrés au terme des débats. Parce qu’ils ont poussé pour revenir après la pause, sans pavenir à refaire leur retard de deux longueurs. Parce qu’ils se sont heurtés à un adversaire compact, qui n’a laissé que peu d’espaces et n’a pas lésiné sur les moyens pour couper les élans des Verts. Le match a, toutefois, été perdu avant le thé. Quand Mobulu, très tranchant sur son flanc gauche, s’est mué en passeur décisif à deux reprises, pour Zambrella (8e) et Chentouf (39e). Tombé tôt, le premier but de la formation de Colovray a blessé les ouailles d’Anthony Braizat, qui ne se sont pas créé la moindre occasion nette en première mi-temps. «On n’a pas réussi à entrer directement dans la rencontre. On n’a pas su aller chercher nos adversaires comme on se l’était dit. D’habitude, on parvient à mettre beaucoup de rythme dans le premier quart d’heure», constatait le demi nord-vaudois Nehemie Lusuena, désolé à l’heure de l’analyse.

La défaite est frustrante, parce que les deux réussites concédées ont paru évitables. Réduit à dix pendant quelques instants – Caslei demandait pourtant à réintégrer le jeu depuis plusieurs secondes, sans trouver grâce aux yeux de l’arbitre –, YS a commis plusieurs erreurs de marquage sur l’ouverture du score. Et on ne peut s’empêcher de penser que Da Silva aurait pu détourner l’envoi ras terre de Chentouf, une demi-heure plus tard.

Pari manqué

Anthony Braizat avait opéré deux changements dans son onze de départ. Tandis que Deschenaux n’a pas débuté la partie, Marazzi a été déporté sur l’aile gauche et Caslei a pris place dans l’axe, à la baguette. Le pari tenté n’a pas fonctionné. Arrivé en cours de premier tour de Servette, l’élégant technicien n’a pas pesé sur le match.

La formation de la Cité thermale a réagi après la pause alors que, comme le spécifiait Nehemie Lusuena, l’équipe n’avait «plus rien à perdre». Marazzi a hérité de la première grosse opportunité, mais il a manqué son contrôle (61e). Puis Cissé a transformé le penalty de l’espoir d’un coup de fusil dans la lucarne (73e), après une main de Tall. Lusuena a, enfin, obtenu la meilleure possibilité d’égaliser, mais il a manqué de promptitude sur un ballon au deuxième poteau (85e). Le Stade Nyonnais n’a rien accordé de plus.

La situation au classement est on ne peut plus claire. Avec respectivement douze et onze points de retard sur Nyon et Kriens, YS aurait besoin d’un miracle pour revenir sur les deux ténors au cours des onze journées restantes. «Il faudrait beaucoup d’erreurs de leur part, reconnaissait Nehemie Lusuena. Mais tout reste possible.» Un espoir auquel peu de monde osait s’accrocher en fin de soirée, mercredi.

Yverdon Sport – Stade Nyonnais 1-2 (0-2)

Buts: 8e Zambrella 0-1; 39e Chentouf 0-2; 73e Cissé, pen. 1-2.

Yverdon: Da Silva; Matukondolo, De Pierro, Marque, Tavares; Gudit, Lusuena, Caslei (67e Lenzini); Eleouet (81e Gourmi), Cissé, Marazzi (71e Deschenaux). Entraîneur: Anthony Braizat.

Nyon: Barroca; Hiraç, Hebib, Tall, Paz; Dessarzin (78e Gaillard), Zambrella, Moreno, Mobulu (67e Berisha); Fargues, Chentouf. Entraîneur: Oscar Londono.

Notes: Stade Municipal, Yverdon, 493 spectateurs. Arbitrage de Mirel Turkes, qui avertit Lusuena (6e, jeu dur), Dessarzin (22e, jeu dur), Tavares (23e, jeu dur), De Pierro (56e, réclamations), Fargues (58e, jeu dur), Paz (85e, antijeu), Matukondolo (87e, antijeu), Marque (90e, réclamations).

Manuel Gremion