Logo

«On a les individualités pour poser des problèmes à des joueurs de Super League»

15 août 2019 | Edition N°2560

Mustafa Sejmenovic croit fermement aux chances d’Yverdon Sport de malmener Xamax, dimanche au premier tour de la Coupe de Suisse. L’Yverdonnois se réjouit d’en découdre avec son ancienne équipe.

Le hasard fait parfois bien les choses. Dimanche, Xamax reviendra au stade municipal en Coupe de Suisse pour y affronter Yverdon Sport, comme cela avait été le cas une année plus tôt (l’affrontement s’était soldé par une courte victoire 0-1 des Neuchâtelois). Depuis, un homme a changé de camp: l’Yverdonnois Mustafa Sejmenovic qui, après quatre exercices passés au sein du club promu en Super League au printemps 2018, est revenu au bercail cet été pour au moins deux saisons.

Autant dire que la rencontre de ce week-end aura une saveur toute particulière pour l’expérimenté défenseur central de 33 ans, face à ses anciennes couleurs.

Mustafa, vous avez inscrit deux buts en trois matches en ce début de championnat de Promotion League, et êtes même le meilleur buteur actuel d’YS. Envisagez-vous une reconversion tardive en tant qu’attaquant?

Non, surtout pas! Même si j’ai toujours marqué assez régulièrement durant ma carrière. Il s’agit simplement de phases: tu te retrouves à inscrire des goals durant deux ou trois matches, puis les dix suivants, tu ne touches plus un ballon de la tête dans les seize mètres adverses. Dans tous les cas, les coups de pied arrêtés sont importants et ils seront une de nos forces cette saison, avec plusieurs éléments habiles dans les airs. On les travaille chaque semaine. Cela m’a peut-être servi!

Vous avez été intronisé capitaine depuis la reprise. Quel sentiment cela vous procure-t-il?

C’est cool, vraiment, car c’est valorisant et cela donne confiance et confère des responsabilités, que j’essaye d’assumer au mieux. On me montre que j’ai de la valeur. Cela dit, si j’ai porté le brassard, c’est parce que François Marque et Florian Gudit sont blessés. Deux hommes extrêmement importants et appréciés dans le vestiaire et sur le terrain, et je préférerais évidemment qu’ils soient là.

Quel sentiment avez-vous ressenti lors de votre premier match au stade municipal?

C’était une sensation bizarre, mais il y avait énormément de plaisir. On a décroché la victoire (ndlr: 3-1 contre Bellinzone) et j’ai marqué, alors c’était super comme retour.

Vous êtes aussi l’un des rares éléments de l’équipe à avoir disputé les trois premiers matches en intégralité.

Je me sentais bien physiquement et je suis content de jouer, bien sûr. Avec trois rencontres en huit jours, le coach a choisi d’opérer un tournus, ce qui est une excellente chose pendant les séries victorieuses, pour la confiance, et que tous se sentent concernés. Les résultats, malgré les changements, sont la preuve qu’on possède un groupe de qualité.

Quel regard portez-vous sur la Promotion League?

Je la connaissais de l’extérieur pour avoir régulièrement suivi Yverdon les années précédentes. Sur le terrain, je trouve qu’il y a de bons joueurs, surtout offensivement. Pas mal sont jeunes et ont beaucoup de spontanéité. Comme je vois les choses, on ne va pas se promener.

Que pensez-vous du départ parfait d’Yverdon Sport, avec neuf points en trois sorties?

C’est quelque chose qu’on voulait absolument réussir et dont il ne faut pas minimiser la portée. Ce n’était pas du tout évident, et on ne s’attendait d’ailleurs pas à ce que ça le soit. Les gens pensent parfois que l’on va remporter tous nos matches 3-0, mais on sait très bien qu’on sera régulièrement mis en difficulté. On a trouvé du répondant lors de ces trois premiers matches, qui étaient tous différents. Ce qui est positif, c’est que dans tous les cas de figure, on a réussi à apporter une réponse. À présent, on espère repousser la première défaite le plus loin possible dans le temps. Même si on essaie de jouer au ballon, le plus important demeure de gagner. Il nous faut encore un peu de temps pour réussir à allier les deux sur de plus longues phases durant un match.

La prochaine échéance, c’est le premier tour de la Coupe de Suisse. L’an dernier, vous étiez dans le camp xamaxien. Quel souvenir en gardez-vous?

Je n’avais pas joué, car j’avais été expulsé le match précédent, mais je me rappelle très bien de la rencontre. L’équipe s’était préparée comme pour une rencontre de championnat, car on savait qu’il y aurait de l’adversité en face. Et la partie avait été compliquée, comme attendu.

Et désormais, en tant qu’Yverdonnois, qu’est-ce que cela change?

Je crois qu’on a tout de même moins de pression à être l’équipe qui affronte le «gros», et c’est bien ainsi. Pour nous, cette échéance, ça ne représente que du positif: il y aura du monde au stade, ce sera un bon match et, en Coupe, c’est toujours un peu fou. Tout est réuni pour que ce soit une belle journée.

Quels sont les atouts d’Yverdon Sport pour battre Xamax?

Tout d’abord, on est très bien préparés, et nos trois premières prestations nous ont confortés en ce sens. Il faudra que l’on soit au top niveau pour déranger les Neuchâtelois. Mais je sais qu’offensivement, on possède les individualités pour poser des problèmes à des joueurs de Super League. Plusieurs de nos éléments sont capables de coups d’éclat.

Quel scénario imaginez-vous?

J’espère qu’on réussira à faire douter nos adversaires le plus longtemps possible. Plus on tiendra, plus ce sera compliqué pour eux. Xamax voudra marquer tôt, car c’est une excellente équipe de contre, notamment avec Nuzzolo.

 

 

Les supporters yverdonnois appellent à faire du bruit pour soutenir YS

La Section Lac veut du bruit! Le groupe de supporters d’YS invite le public yverdonnois à venir le rejoindre derrière le but (côté ville, sous le panneau d’affichage du score) pour donner de la voix et encourager les troupes, dimanche contre Xamax. Ce, «afin de faire face aux nombreux et bruyants supporters neuchâtelois».

«Par cette action, la Section Lac veut démontrer que chaque fan d’Yverdon Sport a sa place parmi le kop, qu’ensemble nous serons plus forts et plus bruyants, et que ces retrouvailles avec le voisin du lac seront cette année pour nous! Soyons fiers de notre ville, de nos couleurs et n’ayons pas peur de le chanter au stade», insistent les supporters. Il y aura de l’ambiance, dimanche.

Manuel Gremion