Logo

«On doit oser plus de choses»

13 juillet 2017 | Edition N°2036

Football – Super League – Giflé 5-0 par Valence avant-hier, le Lausanne-Sport n’a pas rassuré tout le monde. A dix jours de la reprise, le défenseur vallorbier du LS Jérémy Manière évoque la rencontre, la préparation et le championnat à venir.

Jérémy Manière s’est souvent chargé de la relance, depuis son poste de défenseur central. ©Michel Duvoisin

Jérémy Manière s’est souvent chargé de la relance, depuis son poste de défenseur central.

Le Lausanne-Sport s’est vu infliger la célèbre et douloureuse «manita» par Valence (défaite 5-0), avant-hier à la Pontaise, dans le cadre du Festival des Alpes. Une petite alerte, à dix jours du début du championnat de Super League. Aligné dans l’axe d’une défense à trois au côté du Grandsonnois Alain Rochat, le Vallorbier Jérémy Manière a souffert, comme tous ses camarades, au cours d’une seconde mi-temps dominée outrageusement par les Espagnols, qui ont évolué une classe au-dessus.

Jérémy Manière, comment jugez- vous votre performance contre ce bon Valence ? Un peu comme celle de l’équipe.

On a montré de bonnes choses durant soixante minutes, puis, avec la fatigue, on a manqué de lucidité et on a perdu le ballon. Une fois qu’on en a été privés, c’est devenu très compliqué pour nous face à un tel adversaire.

 

Comment se passe votre entente avec Alain Rochat, nouveau venu dans la défense lausannoise ?

Avant tout, c’est un super gars, donc tout va très bien, même s’il y encore quelques automatismes à trouver. C’est aussi un joueur dont le profil correspond au style de jeu de l’équipe.

 

On peut dire que vous évoluez dans un registre similaire…

Oui, sauf que lui est gaucher et moi droitier. Je trouve la comparaison très flatteuse, car Alain est vraiment un exemple à mes yeux.

 

Comment vous sentez-vous alors que la fin de la préparation approche ?

Tout va très bien. On a passé un cap physique, gagné en aérobie, ce qui nous permet de tenir plus longtemps, même s’il y a encore une marge de progression.

 

On a beaucoup parlé du nouvel attaquant bulgare Valeri Bojinov. Vous qui le côtoyez à l’entraînement, qu’en avez-vous vu ?

J’ai vu des gestes de grande qualité dans les vingt derniers mètres. On a vu qu’il a encore une bonne marge de progression physique et, de notre côté, on doit apprendre à le connaître, à comprendre ses appels, ses courses, pour réussir à la trouver plus fréquemment.

 

Lausanne peine souvent dans les zones de vérité. Comment rendre le jeu du LS moins stérile ?

On a bien travaillé durant la préparation pour être meilleurs dans nos vingt derniers mètres, même si notre performance contre Valence n’en est pas une bonne démonstration. A présent, on manque encore de qualité dans nos passes. On doit oser plus de choses, de gestes, car il est vrai qu’on a régulièrement de longues périodes de conservation du ballon qui, au final, ne débouchent sur rien.

 

Il faut dire que vous passez beaucoup de temps à faire circuler le ballon dans votre propre camp.

C’est vrai, mais ce n’est pas pour faire joli, c’est volontaire. Le but est d’attirer nos adversaires pour ensuite créer des espaces, provoquer des erreurs de placement et pouvoir attaquer en supériorité numérique. Or, pour le moment, il nous manque non seulement la dernière, mais aussi l’avant-dernière passe. Si on veut marquer, il est évident qu’on doit parvenir à se rapprocher plus du but adverse.

 

Vous allez reprendre le championnat avec trois matches à domicile. Or, le LS ne gagne pas à la maison. Comment cela se fait-il ?

Je n’ai pas trouvé la réponse. Il n’y en a pas de rationnelle, je crois. Peut-être que les adversaire nous attendent plus, mais je ne suis pas sûr que cette explication soit suffisante. Dans tous les cas, on va devoir inverser cette tendance, sans quoi ce sera compliqué pour nous.

 

Qui, à l’heure actuelle, voyez-vous comme vos principaux adversaires en championnat ?

La question est un peu piège à dix jours de la reprise. Disons que, pour son budget et son effectif, je citerais Thoune. Lucerne a passablement rajeuni son cadre, alors c’est à voir. Il sera aussi intéressant de savoir comment Lugano va gérer le fait de disputer l’Europa League.

 

Fenerbahçe – Bilbao au Stade Municipal

 

Une rencontre du Festival des Alpes se déroulera à Yverdon, ce lundi 17 juillet. Les Turcs de Fenerbahçe en découdront avec les Espagnols de l’Athletic Bilbao. Coup d’envoi à 19h.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Manuel Gremion