Logo

Tous les parcours mènent à As Warrior

24 janvier 2018 | Edition N°2170

Parcours – Anthony Schwyn et Steve Mangione inaugureront leur salle inspirée du concept «Ninja Warrior», dimanche à Chavornay. Une première en Suisse et une grande fierté pour les deux associés, qui y ont travaillé d’arrache-pied.

La première structure de la discipline ouvre à Chavornay! ©Michel Duperrex

La première structure de la discipline ouvre à Chavornay!

Il y a deux mois, cette immense halle de la route de la Thiole, à Chavornay, était entièrement vide. Pas une poutre, ni un accessoire. Rien ! «On a reçu les clés le 1er novembre dernier, et on a commencé à construire tous les parcours deux semaines plus tard, lance Anthony Schwyn, l’initiateur du projet. Mais le concept mûrit dans ma tête depuis presque deux ans.» Le concept ? Une salle de parcours à la «Ninja Warrior», une émission américaine où les candidats doivent franchir des obstacles plus ou moins ardus avec agilité et endurance, importée en France (sur TF1) à l’été 2016. «En fait, je rêve d’y participer. Malheureusement, je n’ai pas été retenu pour tenter ma chance.»

 

Sans concurrence en Suisse

 

Anthony Schwyn pose sur l’un des nombreux obstacles de la salle au côté de Steve Mangione, son associé. ©Michel Duperrex

Anthony Schwyn pose sur l’un des nombreux obstacles de la salle au côté de Steve Mangione, son associé.

Plutôt que de s’obstiner, l’Urbigène a décidé d’importer l’idée en Suisse. Là où lui et son associé Steve Mangione sont des pionniers dans le domaine : «A notre connaissance, il n’existe pas la moindre salle de ce genre dans tout le pays. Même en France, il n’y en a qu’une.» Résultat, les deux hommes se retrouvent avec des demandes venues de Berne, du Valais, de Genève et même de l’Hexagone pour venir tester leur nouveau bijou.

C’est simple : à l’heure où As Warrior, puisque c’est son nom, ouvrira ses portes -dimanche lors de l’inauguration (voir encadré ci-dessous)-, il n’aura pas la moindre concurrence. «On n’entend pas s’arrêter là. Cela dépendra du succès qu’on rencontrera, mais l’objectif est d’ouvrir une deuxième salle, puis une troisième… On aimerait que les gens qui fréquentent nos parcours puissent évoluer avec nous, au fur et à mesure de l’aventure.» Anthony Schwyn et Steve Mangione s’interrompent un moment, puis reprennent en pointant le plafond de la halle : «Vous avez vu l’espace qu’il nous reste à disposition ici ? La première étape, consistera à bâtir un deuxième étage, avec une autre série de parcours.»

S’ils partagent la passion du sport, et surtout celle du football (Mangione a porté le maillot du Lausanne- Sport, Schwyn donne encore le tournis à plus d’un latéral en ligues inférieures vaudoises), le duo se trouve surtout sur la même longueur d’onde. «A la base, Steve était un de mes clients, raconte celui qui exerce comme coach sportif. Lorsque j’ai appris qu’une salle aux dimensions idéales étaient en vente à proximité de mon lieu de travail, je me suis mis en quête d’un partenaire. J’en ai parlé à plusieurs clients, et le premier à s’être montré réellement intéressé, c’était lui.»

 

«On est cramés !»

 

Désormais, les deux associés partagent bien plus qu’une idée plus ou moins vague, mais littéralement tout leur temps libre, à préparer une salle qui devra séduire dans quatre jours. «On n’a pas peur de le dire : on est cramés ! Tant financièrement que physiquement et mentalement. On a énormément investi sur tous les plans. Cet endroit, c’est presque le seul lieu où on peut encore voir nos familles, lorsqu’elles viennent nous donner un coup de main. D’ailleurs, c’est la seule aide extérieure qu’on a reçue. Il nous arrive fréquemment de terminer à 2h ou 3h du matin. Et le lendemain, on se lève pour aller travailler, ou directement revenir ici.»

Reste encore à ce que l’engouement prenne. Un point qui ne semble pas trop effrayer ses concepteurs. «Chavornay, c’est un peu le centre géographique idéal. On se situe à moins d’une heure de la Suisse allemande, du Valais et de la France. Beaucoup de gens ont montré leur intérêt, dont une marque de compléments alimentaires avec laquelle on a conclu un partenariat. On ne peut qu’être confiants pour le lancement.»

Pour cela, il faut encore régler les dernières finitions : «Le parcours enfant n’est pas encore tout à fait prêt. Pareil pour la salle de street workout. Mais tout sera opérationnel dimanche.» L’aboutissement d’un rêve, qui ne fait pourtant que commencer.

 

Avec Djibril Cissé

 
Anthony Schwyn et Steve Mangione n’ont rien laissé au hasard concernant leur nouveau joujou, à commencer par la journée d’inauguration, qui se tiendra de 10h à 19h dimanche. En invité de prestige, Djibril Cissé mixera à partir de 15h, en plus de proposer certains habits de sa marque.

«On espère qu’il se laissera prendre au jeu et qu’il s’essayera sur les divers parcours», sourient les deux associés. L’entrée sera libre. A partir de lundi, les adultes devront débourser la modique somme de 25 francs (12 francs pour les enfants) pour se lancer parmi les obstacles. A noter qu’il existera divers abonnements avantageux.

Enregistrer

Enregistrer

Florian Vaney