Logo
Personnalité nord-vaudoise 2020: le personnel soignant
EPA/STEPHANIE LECOCQ

Personnalité nord-vaudoise 2020: le personnel soignant

20 décembre 2020

Ils sont anonymes, mais on a en permanence une pensée pour elles et pour eux depuis dix mois maintenant. Depuis que ce satané coronavirus a déployé ses effets dévastateurs sur la planète entière.

On les sait toujours à la hauteur, dans des professions qui sont les plus dignes et les plus héroïques. Mais on les sait aussi simplement humains, sujets au stress et à la fatigue, avec leur fragilité, leurs failles que la pandémie ne cesse de tenter de faire apparaître au grand jour.

On les sait précieux pour nous quand ça va mal, et pas forcément que quand c’est le Covid-19 qui nous ronge. Précieux surtout pour nos proches, ces membres vulnérables de nos familles respectives, qui sont nos modèles, nos socles, et que l’on ne veut pas voir partir de si triste manière; même d’un âge avancé, nos aînés ne méritent pas de s’en aller si tôt et sans même qu’on puisse leur accorder ne serait-ce qu’un véritable au revoir.

On les a applaudis durant des heures au printemps, au début de l’été, depuis les balcons, dans les squares, et beaucoup d’entre nous se sont ensuite empressés de diffuser des images prenantes sur l’ensemble des réseaux sociaux. Car tous nous voulions dire à ces femmes et à ces hommes de l’ombre – puisqu’on ne hante forcément pas leur milieu –, mais dont on admire la vitalité – quand on découvre où ils gravitent –, qu’on était à leurs côtés en pensées, et qu’on voulait les soutenir dans l’adversité.

Et on les comprend tellement, aujourd’hui, quand ils crient que le soufflé est retombé, que la solidarité à leur égard s’est considérablement étiolée.

En cette année 2020 si différente des autres, qui peut être plus symbolique que le personnel soignant, ces femmes et ces hommes en blouses blanches ou bleues qu’on aime tant? Qu’ils soient infirmières et infirmiers, brancardières et brancardiers, directrices et directeurs, techniciennes et techniciens de surface, laborantines et laborantins, aides-soignantes et aide-soignants, chargées et chargés de la désinfection des salles à la tâche encore plus capitale, manipulateurs de matériel médical, radiologues, physiothérapeutes, médecins, ingénieurs hospitaliers, sages-femmes ou encore biologistes.

On apprécie tous les vacances, mais on espère surtout qu’eux aussi pourront très bientôt en avoir de véritables, à la hauteur de tout ce qu’ils nous apportent dans ces moments difficiles qu’on aimerait voir s’éloigner au plus vite. à eux tous, MERCI!

Rédaction