Logo

Place à la nouvelle génération

22 février 2019 | Edition N°2442

Néo-promue, la jeune équipe yverdonnoise de l’Ecole Dégallier va se faire les dents au plus haut niveau en championnat (LNA). Deux renforts sont arrivés, mais la première journée, demain, s’annonce compliquée.

L’heure du grand retour a sonné. Les filles de l’Ecole de judo Dégallier vont combattre dans l’élite, en LNA, cette saison. Une nouveauté pour les plus jeunes d’entre elles. «Cela va prendre un peu de temps pour découvrir, pour faire progresser ces demoiselles, estime l’entraîneur Frank Dégallier. Mais on se doit de tenter une telle aventure, de se donner une chance à ce niveau.»

Il y a eu des discussions pour savoir s’il fallait sauter le pas. Le fait que l’EJD est l’un des plus grands clubs de Suisse et, en plus, qu’il compte le plus de jeunes de M18 et de M21 dans les cadres nationaux a fini de convaincre tout le monde. Les judokates yverdonnoises, elles, sont fières de la promotion obtenue. «A présent, il faut que le championnat démarre, car toutes ne sont pas conscientes des difficultés qui les attendent, insiste le patron. J’en ai senti certaines très motivées et concernées. Elles en font plus pour se donner une chance de réussir, et d’autres paraissent simplement contentes de faire partie de l’aventure.»

Fiona Ridet «juste» coach

Après plus de vingt ans dans l’équipe en tant que combattante, Fiona Ridet a décidé de quitter les tatamis pour se consacrer uniquement au coaching de ses camarades, qu’elle assumait déjà de longue date. «Elle ne voulait pas se retirer complètement. Le judo, c’est toute sa vie», souligne Frank Dégallier, ravi de pouvoir compter sur ses compétences et son expérience pour l’épauler dans la direction de l’équipe. Lui demeure entraîneur et assumera des responsabilités supplémentaires.

Cela avait été annoncé: pour régater en LNA, le contingent allait devoir être renforcé. Ainsi, l’effectif a été complété par le retour au club de la brillante Marion Liengme (17 ans), qui étudie à Barcelone. «Elle ne sera pas là demain, pour le premier tour, mais elle fera le voyage en avril et elle devrait être de retour en Suisse cet été.»

Autre renfort de poids, la Portugaise d’origine moldave Doina Babcenco rejoint l’EJD. Deux fois championne du Portugal, la gauchère de 24 ans fera son retour à la compétition après une blessure à un genou. «C’est la première fois qu’on travaille avec une mercenaire, mais on est ravis qu’elle soit là, souligne le boss du club. L’histoire tient du hasard, car sa sœur habite dans la région – c’est lors d’une discussion que cela s’est découvert – et ses parents sont également en Suisse. Sa participation ne nous coûte que le billet d’avion depuis Lisbonne.»

Reste que la première journée de demain s’annonce compliquée pour les Yverdonnoises, privées de trois titulaires en puissance: Marion Liengme, Clémence Polier, en tournoi en Italie, et Thaïs Orhant, hors de combat à cause d’une vilaine brûlure. La jeune Aurore Ferrara (M15) fera le déplacement, mais ne sera alignée que face à des jeunes adversaires pour ne pas prendre de risques. Enfin, d’autres filles, comme Pauline Gander et Florine Stauffacher, feront leur retour à la compétition après avoir été blessées. «J’en attendrai plus des tours suivants», prévient Frank Dégallier, persuadé que ses protégées ont le potentiel de disputer la phase finale en fin de saison.

 

 

Quatre places à prendre

Le championnat de LNA dames se disputera en quatre tours. Les six équipes s’affronteront toutes à chaque fois. A la fin de la saison, les quatre premières disputeront la phase finale, alors que les deux dernières lutteront contre la relégation. Tout démarre demain sur les tatamis de Bienne-Lyss. Saint-Gall, Uster, Cortaillod, Morges et l’EJD Yverdon sont les cinq autres clubs engagés.

 

L’effectif yverdonnois:

-52kg: Clémence Polier, Aurore Ferrara (M15 du club). -57kg: Marion Liengme (retour au club), Yekaterina Ermilova. -63kg: Thaïs Orhant, Doina Babcenco (Portugal), Axelle Denervaud, Coralie Capt. -70kg et +70kg: Pauline Gander, Florine Stauffacher, Jennifer Richard.

Manuel Gremion