Logo

Première étape du futur collège lancée

9 avril 2014

La Municipalité d’Yverdon demande un crédit d’étude de 5,75 millions pour la future école secondaire de Gare- Lac. Un immense projet qui laisse certains songeurs.

La future école secondaire est prévue sur le site des Anciens Arsenaux que la Commune a acheté à l’Etat de Vaud, le 30 juillet 2013, pour le montant de 3,35 millions de francs.

La future école secondaire est prévue sur le site des Anciens Arsenaux que la Commune a acheté à l’Etat de Vaud, le 30 juillet 2013, pour le montant de 3,35 millions de francs.

Ce sera sans conteste l’un des plus importants projets des prochaines années à Yverdon-les-Bains. Sur le site des Anciens Arsenaux, acquis en juillet 2013, la Commune prévoit la construction d’une nouvelle école secondaire, ainsi que l’extension de la caserne des pompiers. L’ensemble est devisé à 66 millions de francs, dont 55,2 millions pour le seul établissement scolaire. Hier matin, une première étape a été franchie avec la sortie du préavis demandant un crédit d’étude de 5,75 millions.

Les sommes en jeu donnent le vertige, en particulier au vu de la difficile situation financière de la Ville. «Bien sûr que nous avons un pincement au coeur lorsque l’on pense aux finances, souligne le syndic Daniel von Siebenthal. Mais ce projet est indispensable pour faire face à l’évolution de la démographie scolaire.» L’élu socialiste évoque encore les difficultés de l’Etablissement F.B. De Félice, dispersé sur plusieurs sites.

La future école devrait comporter, entre autre, 35 classes normales, 15 classes spéciales, 3 salles de gym, un réfectoire ou encore des terrains de sport extérieurs. L’agenda, très serré, prévoit une ouverture à la rentrée 2018. «Le site sera réalisé au coeur du futur quartier Gare-Lac, cette ville nouvelle qui accueillera à terme 3000 habitants», conclut Daniel von Siebenthal.

A droite, si on ne conteste pas le besoin en classes, on reste plus que prudent face à ce projet, à l’image de Christian Weiler, président du PLR yverdonnois : «Il manque une vision globale. On veut installer un collège énorme dans un périmètre où il y a peu d’habitations, anticipant un quartier encore à construire, sans trop savoir ce que cela provoquera, rien que, par exemple, au niveau de la mobilité.»

Reste que tout le monde se retrouve sur un élément. La réalisation de ce collège, et de tout le quartier Gare-Lac, est un enjeu majeur pour l’avenir de la Cité thermale.

Yan Pauchard