Logo

Quinze ans de liberté au Cachot

5 décembre 2018 | Edition N°2389

Improvisation et expérimentation sont les maîtres-mots de la Compagnie du Cachot, qui a fêté samedi son quinzième anniversaire. L’occasion d’une rétrospective, mais surtout d’une célébration.

Voilà quinze ans que le Théâtre de l’Echandole, tapi sous les pierres médiévales du château d’Yverdon-les-Bains, accueille les fanfaronnades de la Compagnie du Cachot. Autant d’années à découvrir les possibilités d’un genre théâtral bien particulier: l’improvisation.

Cette discipline est surtout connue à travers les «matches», où deux équipes s’affrontent selon des règles bien établies, afin de conquérir le cœur du public. Cette approche, bien rodée, un groupe de comédiens amateurs de la région a souhaité la dépasser. C’est ainsi qu’est née la Compagnie du Cachot, en 2004.

Du haut de ses deux mètres, Grégoire Leresche, l’un des six cofondateurs, se souvient: «Nous voulions sortir des circuits classiques et nous intéresser à d’autres formes de jeu. Nous voulions expérimenter.» Spectacles, cours et animations hors les murs, tel est aujourd’hui le quotidien de la troupe nord-vaudoise.

Cette démarche a plu à Brigitte Romanens, directrice de L’Echandole, en 2004. «Elle cherchait quelqu’un pour jouer dans les caves et nous a dit: Proposez-moi un spectacle original. Je veux que ça soit pro. Ce fut nos premiers cachets», relate le comédien. Hasard du calendrier, cela tombait pile pour les 25 ans de L’Echandole. Leurs premiers spectacles, notamment Improcachot, allaient à la fois souder une équipe et fidéliser un public qui ne s’est pas désolidarisé depuis.

Hétéroclisme artistique

Malgré quelques départs au gré des projets personnels, rien n’est venu terrasser la dynamique du groupe. «Nous sommes à peu près la même équipe qu’il y a quinze ans. Entre nous, ça fonctionne! On s’aime et on aime créer ensemble.» Grégoire Leresche ne nie pas l’hétéroclisme artistique qui règne parmi les sept membres du collectif. Mais selon lui, c’est précisément là que réside le moteur de sa créativité. Une diversité par exemple promue lors du Schiiink!, le festival que la Compagnie du Cachot organise à Yverdon-les-Bains depuis 2010 et qui réunit un large panorama de ce qui se fait dans l’improvisation francophone mondiale.

Anniversaire symbolique

Une sortie des sentiers battus qui paie puisque, pour ce festival, le groupe a reçu plus de huitante candidatures du monde entier. Un rayonnement pour la Cité thermale qui n’est, selon Grégoire Leresche, qu’un juste retour sur investissement. «On a vraiment de la chance d’être à Yverdon-les-Bains, souligne-t-il en louant les conditions d’accueil, de reconnaissance et d’écoute dont la troupe bénéficie. Nous sommes considérés comme des artistes à part entière.»

Ainsi, la célébration des 15 ans de la Compagnie du Cachot s’est faite lors d’un sobre spectacle samedi dernier. «On a fait un cake et brassé une bière», note quand même Grégoire Leresche, qui reste humble sur la portée de cet anniversaire. «C’était surtout l’occasion de partager un moment avec les gens qui nous suivent et qui nous font confiance depuis le début.»

Guillaume Guenat