Logo

Régime forcé pour la place du Marché

17 janvier 2020 | Edition N°2664

Orbe – Après un refus devant le Conseil communal, la Municipalité a présenté une nouvelle mouture de son préavis, qui a éliminé tous les éléments «superflus».

La Municipalité d’Orbe a dû revoir sa copie en ce qui concerne le réaménagement de la place du Marché. Lundi, elle s’est réunie avec la commission de l’urbanisme pour présenter la nouvelle mouture de son préavis qui demande cette fois-ci un crédit de 1,565 million de francs, soit une diminution de 200 000 francs. Et pour réduire les coûts, l’Exécutif a éliminé tous les aspects jugés «superflus». Il a donc fait l’impasse sur la rénovation de la fontaine, l’écran numérique, les voiles d’ombrage et la pergola. De plus, les coûts de l’éclairage des bâtiments ont été revus à la baisse, soit une économie de 40 000 francs.

En septembre dernier, le Conseil communal avait refusé de justesse un crédit complémentaire de 1,765 million de francs pour le réaménagement de la place du Marché après des débats intenses. «À l’époque, on nous avait dit que le projet était parfait, mais qu’il coûtait trop cher», rappelle le syndic Henri Germond. Le Parti socialiste avait alors déposé une demande de référendum spontané qui s’était avérée non valable, puisque l’article 107 de la loi sur l’exercice des droits politiques mentionne que «les décisions qui maintiennent l’état de choses existant», ne peuvent faire l’objet d’un référendum.

Des travaux au sous-sol indispensables

Contacté, le président de la commission de l’urbanisme Jean-Marc Bezençon estime qu’il est trop tôt pour s’exprimer sur la seconde version du préavis. Toutefois, avec le recul, il considère que ladite commission aurait dû plus insister sur les aspects techniques. «Dans notre précédent rapport, on avait beaucoup parlé de l’esthétique de la place, relève l’élu socialiste. On aurait dû souligner l’importance des gros travaux en sous-sol, qui sont indispensables.»

Le préavis sera soumis au vote lors du prochain Conseil communal, le 27 février prochain.

Valérie Beauverd