Logo

La région balayée dès le début de l’année

4 janvier 2018 | Edition N°2156

Nord vaudois – Toits qui volent, arbres qui tombent, perturbations sur le trafic routier et ferroviaire, coupures de courant : le district a subi, hier, de plein fouet la tempête Burglind. Des rafales allant jusqu’à 130 km/h ont été enregistrées au Chasseron.

Des coupures de courant ont privé plusieurs communes d’électricité, notamment Sergey, où des poteaux électriques sont tombés à cause du vent. ©Michel Duperrex

Des coupures de courant ont privé plusieurs communes d’électricité, notamment Sergey, où des poteaux électriques sont tombés à cause du vent.

Si le week-end du Réveillon a été particulièrement calme pour les membres du Service de défense incendie et secours (SDIS) du Nord vaudois, la nouvelle année a débuté sur les chapeaux de roues. En effet, la tempête Burglind -Eleanor en France- a frappé l’entier du district, hier matin, avec des rafales atteignant 117,7 km/h à Mathod, à 11h du matin, et 130 km/h au Chasseron, selon Meteonews.

Plusieurs pannes d’électricité ont été constatées dès 10h du matin. «Trois zones ont particulièrement été touchées, à savoir Sainte-Croix et Montcherand, précise Romande Energie. Dans le premier cas, ce sont des fils qui sont tombés, et pour le second, des branches ont été arrachées par la force des vents et se sont prises dans les lignes. La zone du Pied du Jura a été touchée, mais par de petites coupures.» Pourtant, plusieurs communes du vallon du Nozon -Bofflens, Bretonnières, Croy, Romainmôtier, La Praz, Premier- ont également été privées d’électricité, et ce jusqu’aux alentours de 13h30.

Les pompiers du SDIS régional ont enchaîné 22 interventions (situation à 16h) entre Yverdon-les-Bains, Grandson, Essert-sous-Champvent, Montagny-près- Yverdon et Ballaigues. «Il s’agissait principalement de chute de matériaux», rapporte Pascal Livet, capitaine instructeur au SDIS. Par exemple, à la rue Haute à Grandson, son équipe et lui ont dû intervenir sur six ou sept bâtiments pour des tuiles et des pans de toit qui étaient tombés ou qui menaçaient de s’effondrer. A Montagny-près-Yverdon, c’est une enseigne qui s’est envolée. Et de nombreux arbres ont été déracinés, comme à Ballaigues, où un conifère a atterri sur une voiture parquée. «Ce sont de grands classiques durant les tempêtes, poursuit-il. Heureusement, nous n’avons pas eu connaissances de blessés jusqu’à présent.»

 

La ligne ferroviaire de la Vallée encore fermée

 

Aux Tuileries, un grand sapin s’est couché sur la route. La police a dû intervenir pour gérer le trafic routier en attendant l’intervention du SDIS régional. ©Michel Duvoisin

Aux Tuileries, un grand sapin s’est couché sur la route. La police a dû intervenir pour gérer le trafic routier en attendant l’intervention du SDIS régional.

Outre les routes fortement perturbées par les objets volants, les chemins de fer ont également connu leur lot de désagréments. Dans la région, la ligne Vallorbe-Lausanne a été fermée jusqu’à 15h, en raison d’une tôle posée sur les lignes de contact vers Daillens. Une voie a été condamnée à Grandson, à cause d’une bâche coincée sur la ligne, retardant ainsi les trains régionaux uniquement.

Une barrière d’un passage à niveau, entre Orbe et Chavornay, a été arrachée par les rafales, causant une interruption momentanée. Les Saint-Crix ont aussi du mal à descendre jusqu’à Yverdon-les-Bains, puisque les trains ont été supprimés jusqu’en milieu d’après-midi. Quant au tronçon Vallorbe-la Vallée, il est encore paralysé. «Une entreprise spécialisée doit venir réparer la ligne de contact, mais elle ne pouvait pas le faire avant demain (ndlr : aujourd’hui), confie Daniel Reymond, directeur de Travys. Nous espérons pouvoir rendre la ligne aux passagers dès demain après-midi.»

 

Des rafales à 201 km/h

 

Même l’eau du lac de Neuchâtel se soulevait face aux puissantes bourrasques de vent qui ont parcouru le Nord vaudois. ©Michel Duperrex

Même l’eau du lac de Neuchâtel se soulevait face aux puissantes bourrasques de vent qui ont parcouru le Nord vaudois.

La tempête Burglind a fait une entrée fracassante en Suisse, dans la nuit de mardi à hier. Arrivée vers 4h du matin, les premières bourrasques atteignaient 146 km/h au sommet du Säntis. Le pic a été enregistré avec un 201 km/h à Gütsch, dans le canton d’Uri.

Les rafales de vent ont paralysé tout le pays : les avions ont été cloués au sol à l’aéroport de Bâle- Mulhouse, durant près d’une heure trente ; un wagon de la compagnie Montreux-Oberland bernois a déraillé à La Lenk, faisant plusieurs blessés ; des touristes sont restés bloqués en montagne, notamment dans un hôtel de l’Oberland et dans un télécabine saint-gallois ; les routes, tout comme les lignes de chemins de fer, ont été fortement perturbées durant toute la journée. Bref, c’était le chaos.

La Police cantonale vaudoise est intervenue à environ 120 reprises. Quinze routes ont été fermées, dont onze encore en fin de soirée, en raison d’arbres sur la chaussée. Quant à Fribourg, le Centre d’engagement et d’alarme de la police a répondu au total à 500 appels concernant la tempête et 35 corps de pompiers ont été engagés. Si, pour l’heure, aucun cas de blessure n’a été rapporté à la police, le nombre de dégâts matériels, lui, est passablement important, avec notamment 82 arbres tombés et une trentaine de voitures endommagées.

Enregistrer

Christelle Maillard