Logo

Restaurants en mode survie

18 mars 2020 | Edition N°2707

Nord vaudois - Pour pallier la fermeture des établissements publics sur le plan national, certains acteurs locaux activent le système D: les livraisons à domicile.

«Ça y est. C’est tombé. Les restaurants vont être fermés», s’exclame Tony, en poussant la porte de la cuisine. L’établissement O’Vertige a appris lundi, comme tant d’autres, que le Canton avait décidé de fermer les lieux publics. Une information confirmée peu après par la Confédération. Mais pas de quoi paniquer à Montagny-près-Yverdon. «Je ne suis pas quelqu’un qui me lamente sur son sort», assure le patron, Romain Lecuyer. Et sa fiancée Paula Garcia de renchérir: «La situation est inquiétante mais on va tout faire pour ne pas rester les bras croisés.» Leur solution: la livraison à domicile.

Le restaurant a déjà tâté le terrain ces derniers mois en effectuant quelques livraisons de repas ponctuellement. La pandémie du coronavirus a accéléré la mise en place de cette nouvelle offre. «On se disait qu’on allait se lancer, mais on finit toujours par repousser. Vu la situation actuelle, on a voulu réagir intelligemment», poursuit le chef cuisinier.

Concrètement, le restaurant a imaginé une carte spéciale à cette occasion où les entrées et desserts coûtent 6,5 francs et les plats chauds 19 francs, livraison incluse.

«Bien manger, c’est mon passe-temps favori»

Romain Lecuyer voit dans cette stratégie plusieurs effets bénéfiques: «D’abord, cela m’évite de fermer le restaurant. Je peux continuer de verser des salaires. Étant donné que je collabore avec des producteurs locaux, ça leur donne aussi du travail. C’est peut-être une goutte d’eau dans un océan, mais ça fait au moins tourner la machine», confie-t-il.

Autre avantage non négligeable: la fierté d’apporter sa pierre à l’édifice en cette période particulière. «Cela nous fait du bien de nous dire que l’on peut aider les gens qui ne peuvent pas sortir, surtout qu’on permette à ceux qui sont en quarantaine d’éviter de s’exposer au virus en allant dehors», souligne Paula Garcia.

C’est d’ailleurs le cas de Françoise Veillon qui a tout de suite été séduite par la proposition d’O Vertige. Cette Yverdonnoise, étant une personne à risque, préfère ne pas sortir de la maison pour sa propre sécurité. Et ces livraisons lui apportent son lot de bonheur: «Avant, j’allais assez souvent dans ce restaurant qui est excellent, mais comme j’ai des problèmes de santé, je ne peux plus me rendre chez eux. Et puisque je ne peux plus conduire, je ne peux même pas aller faire des courses, déplore-t-elle. Pourtant, bien manger, c’est mon passe-temps favori. En plus de me rendre service, ces livraisons me font plaisir et, en plus, si je peux aider ces jeunes dynamiques à rester à flot, il faut le faire.»

D’autres acteurs sur le coup

Ce restaurant de Montagny-près-Yverdon n’est pas le seul à s’adapter à la situation de crise. Jennifer et Jorge Teixeira, qui proposent de livrer les plats de différents établissements du cru aux particuliers, voient l’évolution: «On maintient la cadence quand bien même certains établissements ont fermé. D’ailleurs d’autres restaurants nous ont contactés pour devenir partenaires», précise le couple qui a fondé Restalamaison en 2017. La petite équipe yverdonnoise prend les mesures nécessaires pour limiter les contacts, notamment en proposant à leurs clients d’ajouter un commentaire lors de leur commande en ligne pour indiquer où déposer la marchandise (devant la porte, dans la boîte aux lettres, etc). Le duo sent toutefois que le marché est en train de changer, d’autres entreprises ayant envie de s’implanter dans la région et leur piquer une part du gâteau.

Christelle Maillard