Logo

Elle se mobilise pour aider les Portugais

23 juin 2017 | Edition N°2023

Orbe – Nyeska Guerreiro a décidé de récolter des objets, des habits et des produits pharmaceutiques dans la région, afin de soutenir les familles touchées par l’incendie qui ravage le Portugal et qui a causé la mort de 64 personnes

Nyeska Guerreiro sillonne la région pour récolter des affaires qui seront envoyées, dès la semaine prochaine, aux Portugais victimes de l’incendie. ©Michel Duperrex

Nyeska Guerreiro sillonne la région pour récolter des affaires qui seront envoyées, dès la semaine prochaine, aux Portugais victimes de l’incendie.

Mardi soir, Nyeska Guerreiro a lancé une récolte de dons dans le Nord vaudois, afin de venir en aide aux Portugais qui ont tout perdu dans l’immense incendie qui s’est déclaré samedi dernier dans la région de Leiria, au centre du pays. Les quelque mille pompiers sur place ont réussi à maîtriser le feu, hier, mais il n’est toujours pas éteint. Selon les derniers chiffres, il a causé la mort de 64 personnes et fait 254 blessés. «C’est un drame qui m’a particulièrement touchée, parce que j’adore ce pays», confie Nyeska Guerreiro. Pourtant cette habitante d’Orbe n’a pas de lien direct avec la région de Leiria : «Je suis Brésilienne d’origine. Bien que mon mari vienne de Lisbonne, nous ne connaissons personne là-bas, mais nous compatissons à leur situation.»

 

La première à se mobiliser

 

En raison des ravages causés par cet incendie, la famille Guerreiro souhaitait soutenir les Portugais en difficulté. «J’ai vu qu’en Suisse allemande beaucoup de monde s’était mobilisé pour récolter des dons, alors j’ai regardé ce qu’il y avait dans la région. Mais je n’ai rien trouvé », poursuit la mère de famille. Décidée à agir, elle a alors contacté quelqu’un à Lucerne, avant d’être renvoyée vers un Genevois, puis vers Ana Rodrigues, à Neuchâtel. Celle-ci l’a chargée de récolter des dons dans le Nord vaudois et lui a expliqué le fonctionnement, puisqu’un mouvement national a été mis en place pour soutenir les habitants de la région de Leiria.

Après avoir placardé quelques affiches et posté des messages sur Facebook, Nyeska Guerreiro a immédiatement reçu des appels de donateurs. «Avec les réseaux sociaux, maintenant, ça va vite», déclare-t- -elle. Hier soir, elle avait déjà des dizaines de sacs d’habits, de jouets, de draps et de chaussures qui attendaient, dans son garage, de prendre la route pour le sud. Alors que sa collègue n’a, pour l’heure, encore reçu ni affaire ni aide de la part des Neuchâtelois. «Les Suisses ont peur de se mobiliser, suppose Ana Rodrigues. Il faut davantage aller les chercher et les motiver que les autres.»

 

Besoin de crèmes et de soin

 

Ce n’est pas le tout de récolter des dons, il faut encore savoir ce qui est utile aux Portugais en ce moment. Nyeska Guerreiro s’est donc tournée vers Ana Rodrigues, qui s’était déjà renseignée à ce sujet. «En regardant les médias, j’ai appris que les pompiers avaient mal aux pieds, raconte cette dernière. Comme je vends des crèmes, j’ai demandé à mon fournisseurs d’en envoyer là-bas, ce qu’il a accepté. Puis, je suis allée me renseigner auprès des hôpitaux et des pharmacies pour savoir quels sont les produits utiles dans une telle situation.» Biafine, Bepanthen, Betadine, sérum physiologique, bandages, voici quelqu’uns des éléments qui figurent sur sa liste, aux côtés des objets du quotidien. «Nous n’acceptons ni la nourriture, car c’est Fribourg qui s’en occupe, ni l’argent», précise Nyeska Guerreiro.

 

Trouver un transporteur

 

Le plus difficile, dans cette opération caritative, c’est d’apporter les dons jusqu’au Portugal. «Ce n’est pas évident de trouver un chauffeur de camion qui soit d’accord d’effectuer un trajet d’environ 18h gratuitement», lance l’Urbigène. Mais, Ana Rodrigues a réussi à convaincre un Zurichois, spécialisé dans le déménagement entre la Suisse et le Portugal, pour effectuer les livraisons «tant que cela sera nécessaire». Le premier départ aura lieu la semaine prochaine.

 

Un appel à la générosité des Nord-Vaudois

 

Nyeska Guerreiro est encore à la recherche de dons pour venir en aide à la population de Leiria au Portugal. Autre élément convoité par l’Urbigène et sa collègue neuchâteloise, Ana Rodrigues : des chauffeurs. Comme le camionneur zurichois, qui transportera les donations chargea la marchandise à Genève, les deux femmes ont également besoin de conducteurs pour amener ces affaires, en voiture ou en camionnette, jusque au point de chargement. Pour l’instant, la date du départ n’est pas encore fixée, mais le premier trajet aura lieu la semaine prochaine. Ensuite, cela dépendra de la situation et des disponibilités du chauffeur zurichois.

Informations au 078 897 87 94.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Christelle Maillard