Logo

Serge Duperret a parlé : Le Mont en Challenge League, c’est fini !

2 mai 2017 | Edition N°1987

Football – Challenge League – Le président montain a pris une décision qui lui a fait mal, mais devenue nécessaire. Le club vaudois n’ayant pas reçu sa licence, il ne fera pas recours. L’aventure en Ligue nationale se terminera au mois de juin.

Au même titre que Wohlen et Chiasso, le FC Le Mont de Serge Duperret n’a pas reçu sa licence pour continuer à évoluer en Challenge League. ©Duperrex-a

Au même titre que Wohlen et Chiasso, le FC Le Mont de Serge Duperret n’a pas reçu sa licence pour continuer à évoluer en Challenge League.

«On va tirer la prise à la fin de la saison, repartir en 4e ligue.» Serge Duperret n’avait pas caché son agacement quant au traitement global réservé au FC Le Mont il y a trois semaines (lire l’édition du 12 avril), suite à la défaite de son club face à Zurich. Le président montain n’oserait jamais passer à l’acte ? Il l’a fait, pas plus tard qu’hier. Le club vaudois n’ayant pas reçu sa licence en première instance pour continuer à évoluer en Challenge League, l’Yverdonnois d’origine a décidé de ne pas faire recours. La goûte d’eau a fait déborder le vase : «Je ne comprends pas qu’on puisse accorder une licence à un club comme Wil, qui n’a aucune sécurité financière et qui divise les salaires par t rois ou quatre, alors qu’on est irréprochables sur ce plan-là», s’agace-t-il.

Aucun retour en arrière possible, la décision du boss montain est irrévocable. Après les six rencontres qu’il reste encore au programme cette saison, l’aventure professionnelle prendra fin pour Le Mont. Et ce non sans une pointe d’amertume dans la voix de Serge Duperret : «L’histoire a été belle, très belle, même. Dix-huit magnifiques années. On est partis de 3e ligue pour arriver en Ligue nationale. J’ai absolument tout donné pour ce club mais, aujourd’hui, c’est fini. On n’a jamais débuté une saison sans être absolument certains de pouvoir aller au bout. Cela représente 2,5 millions de francs, actuellement. Cette somme, on ne l’a pas. Et pourtant, on a tout tenté pour que ça fonctionne.»

Plus qu’un problème financier, c’est un tout qui a poussé l’homme fort du club vaudois à prendre cette décision. L’intérêt du public est limité, la décision de la Swiss Football League frustrante et l’effectif semblait, également, moins concerné depuis quelques semaines. «Les joueurs l’ont aussi cherché, c’est vrai. Il a suffi de voir l’attitude générale face à Wil, dimanche dernier. Les gars pensaient que ce serait facile, on a vu le résultat.»

Un constat auquel John Dragani, l’entraîneur, n’échappe pas. «John a quitté le stade extrêmement fâché après notre défaite. Je ne sais pas encore à quoi va ressembler la suite. On peut rebondir en 2e, 3e ou 4e ligue, ça m’est égal. Et s’il faut que je sois sur le banc à Zurich lundi prochain, j’y prendrai place.»

Le clap de fin de ces trois saisons passées en Challenge League sera donc donné avec la venue de Servette à Baulmes, le samedi 3 juin. Un triste jour pour le football vaudois.

 

Yverdon a dit «non»

 

La décision du président montain étant définitive, une licence pour la Challenge League aurait pu se libérer. L’occasion pour Yverdon Sport de faire le grand saut ? «On a beaucoup discuté avec Serge Duperret, commente Mario Di Pietrantonio, le président d’YS. Je tiens à dire que c’est un grand homme et qu’il a fait beaucoup pour le football. On ne va, cependant, pas aller plus loin dans cette voie. Même si cela serait intéressant financièrement, administrativement et sportivement, c’est trop compliqué. Je crois en notre projet actuel. Ce serait une grosse erreur de tout laisser tomber.»

Florian Vaney

Enregistrer

Rédaction