Logo

Les travaux de renaturation suivent le cours

10 mai 2017 | Edition N°1993

Nord vaudois – Un vaste chantier en vue de la revitalisation des ruisseaux de Pomy et des Vuaz est en cours sur les Communes d’Yverdon-les-Bains et de Pomy. Un collecteur permettra aussi de récupérer les eaux claires en amont du village, afin de réduire les risques d’inondation et de crue en aval du quartier de Calamin, situé sur le territoire communal yverdonnois

Des tuyaux de canalisation d’un mètre de diamètre sont installés à plus de six mètres de profondeur, le long de la RC425. Ils permettront la déviation d’une partie des eaux du bassin versant de Pomy vers le ruisseau des Vuaz. Les travaux dureront jusqu’à l’automne. ©Michel Duperrex

Des tuyaux de canalisation d’un mètre de diamètre sont installés à plus de six mètres de profondeur, le long de la RC425. Ils permettront la déviation d’une partie des eaux du bassin versant de Pomy vers le ruisseau des Vuaz. Les travaux dureront jusqu’à l’automne.

Situé sur les Communes de Pomy et d’Yverdon-les-Bains, le ruisseau de Pomy présente plusieurs problèmes hydrauliques et environnementaux, notamment en termes de débit d’eau. Dès lors, depuis le 24 avril dernier, des travaux d’une grande ampleur ont débuté et serviront à une meilleure protection contre les inondations et les crues. Ils se poursuivront jusqu’à la fin du mois de septembre.

Des aménagements sont également prévus, afin de revitaliser les cours d’eau de Pomy et des Vuaz. Cette mesure s’inscrit dans un projet plus global de renaturation des cours d’eau (lire La Région Nord vaudois du 27 décembre 2016).

 

Protéger la zone urbaine

 

Les travaux permettront une meilleure protection contre les crues. ©Michel Duperrex

Les travaux permettront une meilleure protection contre les crues.

«La Municipalité yverdonnoise nous a contactés, il y a environ cinq ans, afin de contribuer à la protection de la zone urbaine en Calamin contre les dangers éventuels d’inondation que représente le ruisseau de Pomy», indique Yves Pellaux, syndic de la Commune pomérane. Selon la direction générale de l’environnement (DGE) du Canton de Vaud, on estime que ce type d’événement peut se manifester tous les cent ans.

«Pour ce faire, nous avons mis en place un collecteur en amont, afin de dévier les eaux du bassin versant situé à l’ouest du village (ndlr : vers le ruisseau des Vuaz) et, ainsi, éviter une surcharge d’eau dans le ruisseau de Pomy, précise Olivier Stauffer, chef de projet renaturation au sein de la DGE. Des tuyaux de canalisation sont enterrés à six mètres de profondeur.» Et de préciser qu’un débit résiduel sera maintenu en direction du ruisseau de Pomy. Situé en zone agricole, le long de la route cantonale en direction de Valeyres-sous-Ursins, les travaux sont assurés par un suivi pédologique, afin de vérifier le degré d’humidité des sols et empêcher la compaction de ceux-ci.

 

Deux ruisseaux revitalisés

 

Par ailleurs, les ruisseaux de Pomy et des Vuaz seront remis à ciel ouvert sur une distance de 170 m à proximité du Restaurant de la Maison blanche pour le premier, de 210 m pour le second. Dans ce but, une excavation d’un à deux mètres de profondeur est prévue. «Le projet compte revégétaliser les deux cours d’eaux avec, notamment, des buissons indigènes et des rosiers sauvages», poursuit Olivier Stauffer.

Des microstructures, telles que des tas de pierres et de branches, offriront des abris, des sites d’hivernage et de ponte pour les reptiles. De plus, la création de zone localement humide seront favorables au martinet noir.

Sur le plan financier, la réalisation du projet s’élève à plus de 2,3 millions de francs. «L’État de Vaud et la Confédération soutiennent les travaux à hauteur de 95% des coûts totaux», affirme Philippe Hohl, chef de la Division ressources en eau et économie hydraulique.

La charge est répartie entre les deux communes, toutes deux propriétaires foncières, et s’élève, après déduction des subventions, à 5% des coûts totaux, soit un montant d’environ 60 000 francs par commune.

«La Ville d’Yverdon-les-Bains joue le rôle de maître d’œuvre en étroite collaboration avec l’Exécutif de Pomy», révèle Anne Chevalier, chef de projet au sein du Service des travaux et de l’environnement de la Cité thermale.

Enregistrer

Enregistrer

Valérie Beauverd