Logo

Un chocolat qui n’a plus la même saveur

10 décembre 2019 | Edition N°2642

Déjà 4e l’an passé, Anaïs Coraducci a une nouvelle fois terminé au pied du podium des Championnats de Suisse élite, dimanche à Bienne.

Anaïs Coraducci avait beau avoir eu une nuit pour digérer son 4e rang, sa déception n’était pas encore entièrement dissipée, hier. Il faut dire que la patineuse du CPA Yverdon pouvait nourrir des ambitions légitimes pour sa deuxième participation aux Championnats nationaux élite, elle qui avait déjà fini en chocolat l’année dernière. Mais la 4e place représentait alors une belle performance, derrière trois «intouchables». Une époque révolue.

«J’ai su que j’allais échouer au pied du podium quand j’ai vu mon score du programme libre. J’étais très déçue, car je tenais vraiment à décrocher une médaille», soupire la Cheyroise. Un sentiment qui a encore augmenté d’un cran quand elle a découvert que le bronze lui avait échappé pour vingt petits centièmes.

Le week-end avait pourtant bien commencé pour Anaïs Coraducci, 3e samedi à l’issue du programme court. «Je suis plutôt satisfaite de ce que j’ai montré, même si je n’ai pas réussi une combinaison triple-triple, qui s’est transformée en triple-double.» Avec 55,76 points, la patineuse de 16 ans – deuxième plus jeune concurrente de la compétition – a ainsi obtenu son meilleur score de la saison, et comptait huit unités d’avance sur la 4e, la Lausannoise Noémie Bodenstein.

Une position pas idéale

Lors du tirage des numéros déterminant l’ordre de passage pour le programme libre, Anaïs Coraducci a hérité du 18, la contraignant à patiner en dernière position le dimanche. «Je me suis échauffée pendant six minutes avec les autres filles de mon groupe, puis j’ai patienté pendant presque une demi-heure avant que ce soit mon tour. C’était compliqué de se mettre tout de suite dedans après cette attente.» Surtout qu’entre-temps, certains résultats étaient parvenus aux oreilles de la Cheyroise, qui savait donc que Noémie Bodenstein avait réalisée une très bonne performance. Pas facile de s’élancer dans ces conditions. «Au final, seuls trois de mes sept triple sauts ont passé.» Et la Broyarde d’ajouter: «J’ai en revanche été bien notée sur la séquence de pas chorégraphiques. Je m’attendais à être moins bien payée, car un patinage plus mature est exigé en élite.»

Un ticket pour les JO de la jeunesse

Après s’être accordée un jour de congé, Anaïs Coraducci s’apprête à repartir pour l’Italie et Turin, où elle vit et s’entraîne désormais, ne rentrant en Suisse qu’une à deux fois par mois. Sa prochaine échéance se situe néanmoins en terre helvétique, puisque la patineuse prévoit de participer aux Championnats romands, à Bulle, qui se dérouleront du 20 au 22 décembre. Mais avant cela, elle devrait être fixée quant à sa probable participation aux Jeux olympiques de la jeunesse 2020, à Lausanne, elle qui a obtenu le plus grand nombre de points en compétition chez les juniors au niveau national. «C’est un objectif que je vise depuis quatre ans. Il n’y a cependant qu’une seule place par pays.» La décision officielle de Swiss Olympic devrait tomber d’ici quelques jours.

Muriel Ambühl