Logo

Un duo détonnant perpétue la tradition

16 juillet 2018 | Edition N°2289

La boucherie tenue par Frédéric et Grégory Perusset fête ses 30 ans. Les deux frères ont repris le flambeau en 2016 et donné une seconde jeunesse au commerce familial.

«Quand j’ai dit que j’étais boucher à un mariage auquel j’étais invité, tout le monde a rigolé.» Frédéric Perusset est bien loin de l’image stéréotypée qui colle à son métier. Depuis dix-huit ans, il pratique la danse et les claquettes au sein de la compagnie Martin’s tap dance. Une passion qu’il continue à exercer même s’il a repris, avec son grand frère Grégory, le flambeau de la boucherie familiale à Baulmes, en 2016.

L’aîné de la fratrie apprécie, pour sa part, plutôt le théâtre et s’occupe de la partie traiteur du commerce qui fête cette année ses 30 ans.«La boucherie fait partie de nos vies depuis toujours, nous sommes très fiers de nos parents. Notre but est de garder cet aspect familial», assure Grégory Perusset.

«Nous avons repris une entreprise plus que saine et nos parents se sont toujours montrés ouverts aux nouvelles idées», ajoute Frédéric, en pensant notamment au nouveau site Internet, où figurent des photographies des deux frères présentant leur travail en tenue élégante «à la James Bond», ou en songeant à ses écouteurs sans fil dernier cri qui lui permettent de recevoir plus facilement des appels professionnels.

Un nouveau projet à venir

A la modernité, les frangins allient aussi la tradition, une valeur essentielle dans cette profession. Elle leur a été transmise par Olivier et Nadine, qui ont fondé la boucherie en 1988 et qui sont encore actifs dans l’entreprise. Avec leurs douze employés, dont deux apprentis, les frères Perusset veulent continuer à développer leur société. «On prépare quelque chose», lâche Frédéric Perusset. Mais quoi? «On ne peut pas le dire pour l’instant, mais c’est en lien avec nos locaux que nous devons adapter car les normes dans la branche sont de plus en plus strictes», précisent en chœur les deux frères, prêts à fêter l’anniversaire historique, mais avec le regard déjà tourné vers l’avenir.

Gianluca Agosta