Logo

Un espoir du TRY se déplace au paradis en quête du nirvana

9 septembre 2016 | Edition N°1825

Triathlon – Sylvain Fridelance s’envole aujourd’hui pour le Mexique, où il disputera, la semaine prochaine, les Mondiaux U23, à Cozumel, dans un décor paradisiaque.

Sylvain Fridelance (en rouge avec le numéro 21) visera une place parmi les quinze meilleurs triathlètes, jeudi, lors des Championnats du monde M23 disputés à Cozumel, au Mexique. ©DR

Sylvain Fridelance (en rouge avec le numéro 21) visera une place parmi les quinze meilleurs triathlètes, jeudi, lors des Championnats du monde M23 disputés à Cozumel, au Mexique.

Le pensionnaire du Tryverdon participera aux Championnats du monde M23, à Cozumel au Mexique. Sur cette petite île proche de la festive Cancun, il s’élancera dans la course individuelle jeudi, puis il prendra part au relais, le samedi.

«La Fédération m’a proposé de disputer également la course des élites, mais, avec mon entraîneur Joël Maillefer, on a préféré mettre le focus sur la course des M23 où je viserai un top 15, pour ma deuxième participation à des Mondiaux de la catégorie», prévient le Vaudois qui s’était classé parmi les vingt meilleurs, l’an dernier à Chicago (USA).

Deux Romands en lice

Qualifié à la faveur de la 12e place réalisée aux Championnats d’Europe à Burgas (Bul), en juin dernier, Sylvain Fridelance s’est préparé tout spécialement pour cette épreuve.

«Avec Adrien Briffod de Saint- Légier, nous ne sommes que deux Suisses à avoir répondu aux critères de sélection», pose celui qui accomplit sa deuxième saison en élites. Un exercice sous forme de découvertes et placé sous le signe de l’expérimentation, avec deux participations à des épreuves de World Series (37e à Cap Town/AfS et 39e à Stockholm/Suè) et surtout trois top 10 en Coupe d’Europe (9e à Melilla/Esp, 4e à Tartu/Est, et 9e à Rotterdam/PB).

Cozumel constituera le point d’orgue de la saison 2016 pour le pensionnaire du TRY. «En principe, ce seront les dernières épreuves auxquelles je prendrai part cette année. On réfléchit à l’éventualité de m’inscrire à une dernière course, mais je pense qu’on en restera plutôt là», prévoit celui qui soufflera ensuite un peu, avant d’accomplir ses obligations militaires en octobre. «Je commencerai alors mon école de recrues avec les sportifs d’élite. On a aura un premier bloc de cinq semaines à Lyss. Au programme, on aura des instructions le matin et des entraînements l’après-midi. Ensuite, on ira à Macolin où chacun s’entraînera sous l’égide de sa fédération sportive. Avec ces aménagements, l’école de recrues devient profitable pour les sportifs d’élite», analyse-t-il.

Sous le cagnard

Mais avant d’aller sous les drapeaux, Sylvain Fridelance portera donc l’étendard helvétique sous les tropiques, sans avoir réellement eu la possibilité de s’acclimater à un environnement pourtant très particulier. «Avec mon entraîneur, on a un peu modifié nos habitudes. On a misé sur l’intensité des efforts plus que sur les heures de pratique, ces trois dernières semaines. Et contrairement à ce que je fais habituellement, je suis allé essentiellement courir dans des conditions extrêmes. La météo, clémente pour la saison en Suisse, m’a permis d’effectuer de belles séries de course à pied sous le soleil de midi», relate le M23 du TRY.

Car -on l’a écrit- le temps d’adaptation sera réduit à sa forme la plus congrue puisque Sylvain Fridelance n’aura que trois jours sur place avant la course. Pas de quoi, dès lors, profiter des nombreuses animations touristiques de cette île paradisiaque de la Mer des Caraïbes.

Enregistrer

Marc Fragnière