Logo

Un premier bébé prénommé Alia

3 janvier 2017 | Edition N°1904

Yverdon-les-Bains – Il aura fallu patienter jusqu’au soir du 1er janvier pour connaître l’identité du premier-né nord-vaudois. Rencontre avec la famille.

La petite Alia, toute mignonne avec sa chevelure noire bien fournie. ©Michel Duperrex

La petite Alia, toute mignonne avec sa chevelure noire bien fournie.

Alia Pichard aime se faire désirer. Attendue le 27 décembre, elle a pointé le bout de son nez le 1er janvier 2017. Sa naissance, enregistrée à 21h42 à l’hôpital d’Yverdon-les-Bains lui permet, toutefois, contre toute attente, de remporter le titre honorifique de premier bébé nord-vaudois de l’année. Cette performance est d’autant plus remarquable qu’elle a été imitée par une homonyme dans un canton voisin. «Une copine, dont la sœur est sage-femme à Fribourg, m’a indiqué que le premier bébé né là-bas s’appelle également Alia», relève, amusée, Séverine Pichard.

Le clin d’œil à ce prénom, dont «illustre» est l’une des significations, se conjugue donc au pluriel. «Je l’ai découvert en regardant une émission à la télévision. Il est facile à prononcer et il provient de l’arabe, l’une des origines de mon copain», souligne la maman.

Après la chinoise

Peu pressée de se montrer au grand jour, la petite Alia a eu la gentillesse de laisser ses parents célébrer le passage à la nouvelle année en amoureux, autour d’une fondue chinoise. Le couple, domicilié à Rances, a mis le cap sur la maternité aux alentours de 5h30 dimanche matin, afin de vivre cette première expérience inoubliable. Une césarienne aura finalement été nécessaire pour voir apparaître le petit être de 47 centimètres pour 2,890 kilos.

Des bras apaisants

Séverine Pichard, Karim Hemissi et la petite Alia Pichard. ©Michel Duperrex

Séverine Pichard, Karim Hemissi et la petite Alia Pichard.

Arrivé entre-temps, Karim Hemissi, l’heureux papa, ne manque pas de faire remarquer que sa fille, alors en pleurs, a retrouvé son calme dans ses bras. Ce monteur de voies aux CFF a rencontré la future mère de son enfant il y a quatre ans. «Elle travaillait avec ma sœur. Nous sommes allés boire une bière et elle n’a pas pu résister à mon charme», déclare- t-il avec malice. Le père d’Alia n’a pas attendu la naissance de son enfant pour lui faire partager son univers musical. «Je fais partie d’un groupe avec des potes. Si elle veut devenir musicienne, elle aura assez d’instruments à disposition à la maison», relève-t-il.

Lorsqu’ils auront retrouvé leur activité professionnelle, les deux parents pourront compter sur leur entourage familial pour garder leur protégée. Les visites de leurs proches n’allaient d’ailleurs pas tarder au moment de prendre congé. «Je me suis occupé du planning à 1h ce matin», précisait Karim Hemissi, qui avait dans l’idée de fêter le soir-même cet heureux événement.

Des naissances en augmentation

La maternité de l’hôpital d’Yverdon-les-Bains a enregistré 1077 naissances en 2016, un chiffre en augmentation par rapport à l’an passé, nous a-t-on confié. Le pic a été particulièrement important entre juin et septembre. Après une période plus calme, les collaboratrices de la maternité vont au devant d’un gros mois de janvier.

La première naissance de 2017 a été tardive au regard des années précédentes. Pour rappel, le petit Nathan avait vu le jour le 1er janvier à 2h40 l’an passé, tandis que Noé était venu au monde à minuit sept en 2015.

A l’échelle du canton, la première naissance a eu lieu, cette année, dimanche à 2h58 à Aigle. Le premier bébé valaisan est né sur le même site de l’Hôpital Riviera-Chablais. Il s’agit du petit Lenny, qui a poussé son premier cri à 9h23.

Enregistrer

Ludovic Pillonel