Logo

Un QG à la pointe pour la Fondation Petitmaître

26 septembre 2019 | Edition N°2589

Yverdon-les-bains - L’institution inaugure cet après-midi ses nouveau locaux. Jean-Pierre Imhoff, futur directeur de la Fondation, sera de la partie.

C’est un projet entamé il y a plus de deux ans qui touche pratiquement à sa fin. Les nouveaux locaux de la Fondation Petitmaître seront inaugurés cet après-midi. Mais la nouveauté ne se trouve pas uniquement du côté du bâtiment. En effet, la présentation officielle des lieux sera aussi l’occasion pour les Yverdonnois de découvrir Jean-Pierre Imhoff, futur successeur de Marc Berger à la direction de la Fondation.

Après plus de quatorze ans à la tête de l’institution, Marc Berger a estimé qu’il était temps de laisser la place «à la jeune génération». Qui est donc représentée par Jean-Pierre Imhoff, 43 ans. C’est notamment la diversité des prestations offertes par la Fondation qui l’a décidé à postuler. «L’institution compte de nombreuses équipes avec lesquelles je collaborerai, ce qui permettra de varier les tâches», se réjouit celui qui habite à Champagne.

La passation de pouvoir aura lieu en douceur, à partir du 1er novembre. «Au début, nous travaillerons ensemble, afin que mon successeur puisse prendre en main la direction dans les meilleures conditions, explique Marc Berger. Mais je ne me fais pas de soucis. Je suis rassuré de laisser les clés à Jean-Pierre Imhoff.» C’est que le Champagnoux a déjà une certaine connaissance du travail social, puisqu’il est actuellement responsable au Centre de formation professionnelle spécialisée Le Repuis, basé à Grandson. «C’est une expérience précieuse que j’emporte avec moi, assure Jean-Pierre Imhoff. Elle me sera notamment utile pour chapeauter les jeunes qui sont formés dans le restaurant de la Fondation.»

Jusqu’à 1000 repas

La cuisine est un lieu fondamental du nouveau QG de la Fondation. Occupée depuis le mois d’avril déjà, elle tourne à un rythme effréné. «Nous servons une dizaine d’établissements, note Stéphane Vernier, responsable de la cuisine. Chaque jour, nous sortons 500 repas en moyenne, mais nous pouvons monter jusqu’à 1000!» À la pointe de la technologie, ce sont des écrans qui indiquent à l’équipe composée d’une vingtaine de personnes quels plats composer pour quel client.

Et le premier bénéficiaire de ces repas ne se trouve pas loin. Car juste à côté se trouve la cafétéria-restaurant d’application d’une quarantaine de couverts, qui devrait être opérationnelle dès le 1er novembre. Sa situation est idéale, les entreprises étant nombreuses à ses abords, ce qui n’est pas le cas des points de restauration.

«Mais nos nouveaux locaux ne se résument pas à une cuisine et à un restaurant, tient à préciser Christian Weiler, président du conseil de fondation. Le site, qui se situe à la chaussée de Treycovagnes 10, regroupe en un lieu de nombreux besoins de l’institution.» Ainsi, toute l’administration est désormais logée à l’étage, au-dessus des cuisines, libérant un espace précieux au sein du foyer Petitmaître. C’est aussi le cas du module d’activités temporaires et alternatives à la scolarité, qui propose aux adolescents en difficulté dans leur formation de bénéficier de soutien, en collaborant notamment avec un éducateur.

Massimo Greco