Logo

Un sage s’en est allé

13 novembre 2019 | Edition N°2624

Sainte-Croix – Syndic de 2011 à juin dernier, Franklin Thévenaz est décédé mardi. Les hommages sont unanimes.

Homme de dialogue et de consensus, imprégné de valeurs humanistes, Franklin Thévenaz est décédé mardi des suites d’un cancer, une maladie contre laquelle il a lutté ces derniers mois. En vain. Il s’en est allé mardi, à 69 ans, alors qu’il avait plein de projets, notamment en faveur des musées de Sainte-Croix et de Médecins sans frontières, une ONG qu’il avait en haute estime et à laquelle il voulait donner du temps, en apportant sa riche expérience internationale.

Car ce Sainte-Crix atypique était un homme du monde, un explorateur avant l’heure, un véritable diplomate, dont il appliquait les règles de base: humilité et discrétion. Le défunt a en effet été actif durant de nombreuses années au service du Comité international de la Croix-Rouge (CICR). Il a assumé de nombreuses missions dans le monde, principalement sur les terrains de conflits, intervenant, entre autres, dans le contrôle des prisons, l’échange de prisonniers, mais aussi d’autres nécessitant intelligence, tact et modestie. Il a excellé dans ce travail.

Au sein de la coopération suisse (DDC) il a aussi accompli de nombreuses missions, ce qui lui a permis de découvrir le monde. Cette extraordinaire trajectoire professionnelle l’a non seulement enrichi, mais profondément imprégné. Au point de l’aider à relativiser davantage les choses et à rappeler, lorsqu’une discussion menaçait de déraper, que nous avions l’extraordinaire privilège de vivre dans un pays en paix.

«Il avait une extraordinaire capacité à pousser au dialogue. Il était non seulement discret, mais il cherchait constamment à mettre les autres en avant», relève son successeur à la tête de la Municipalité de Sainte-Croix, Cédric Roten.

Le chef de l’Exécutif relève que l’attitude de bienveillance de Franklin Thévenaz n’était pas réservée qu’à ses amis: «Il s’intéressait aux autres. Quant il arrivait au bureau communal, il avait toujours un mot pour chaque collaborateur. Je pense que cette attitude a été dessinée par son expérience.»

L’intérêt général prime

Franklin Thévenaz a toujours eu en perspective le bien d’autrui, la bonne affectation des fonds publics. L’intérêt général était pour lui prioritaire. Au point qu’il a très soigneusement préparé sa succession, encourageant Cédric Roten, son fils spirituel, à se préparer à prendre la main. «C’est vrai que nous avons beaucoup discuté. Il ne voulait pas non plus que cela me pose problème sur le plan familial. à la Municipalité, chacun avait sa place et il prenait le temps d’écouter. C’était un homme qui avait une élégance particulière», explique Cédric Roten.

Lorsqu’il s’est agi de passer la main, Franklin Thévenaz a juste exprimé le souhait de pouvoir continuer à œuvrer à la fusion des musées sainte-crix, une opération dans laquelle il s’est beaucoup engagé, et avec succès.

Discret, parfois perçu comme secret, le défunt n’en aimait pas moins cultiver l’amitié. Il a ainsi partagé ses connaissances du monde avec ses amis et collègues municipaux, les emmenant, notamment, à la découverte d’Istanbul, une ville qu’il adorait et qu’il connaissait bien. Sans doute parce qu’elle symbolise le pont entre l’Occident et l’Orient. Et Franklin Thévenaz était justement un passeur, un homme qui établissait des ponts.

Ancien collègue de Municipalité, il a aussi été son vice-syndic durant une année et demie, José Gonzalez met lui aussi en exergue les qualités humaines de l’ancien syndic: «C’était un humaniste qui se projetait au-delà des conflits et des opinions politiques. Il avait un esprit d’ouverture rare. J’ai siégé cinq ans avec lui et nous sommes presques devenus amis», relève l’ancien élu PLR.

Passionné de football

L’hommage est tout aussi appuyé du côté de Bullet, où le syndic Jean-Franco Paillard regrette la disparition d’un collègue qui a largement contribué à rétablir des rapports harmonieux entre les deux communes: «Lorsqu’il est arrivé, il y avait un gros contentieux avec les écoles, portant sur les transports. On a commencé à se réunir, puis à manger les deux le lundi pour préparer les dossiers concernant les deux communes. Ce sont huit années de collaboration très très positives. C’était un personnage exceptionnel.»

Les deux syndics partageaient une passion pour le football italien et ils pariaient sur leurs clubs favoris, l’Atalanta Bergame pour Jean-Franco Paillard et Lazio pour Franklin Thévenaz, une homme passionné par les Romains. «Lorsque je perdais, je l’invitais à manger les filets mignons aux Cluds, mais il finissait toujours par commander la saucisse aux choux avec des pâtes!», témoigne le syndic PLR de Bullet.

Membre du conseil d’administration de Reuge S.A., Franklin Thévenaz a aussi participé à la création du nouveau Forum de l’économie du Nord vaudois, dont la première édition a eu lieu début octobre à Sainte-Croix.

Un dernier hommage sera rendu  à Franklin Thévenaz ce samedi 16 novembre à 14h30 au Temple de Sainte-Croix.

Isidore Raposo