Logo

Un Sainte-Crix fort comme un Turc aux Européens

28 octobre 2009

David Huerzeler, le Hercule local, a mis tout le monde d’accord dans un concours de haute volée. La force est manifestement avec lui.

Le Sainte-Crix David Huerzeler a déjà, à son actif, un titre de champion d’Europe. Il tentera à nouveau sa chance en 2010 à Madrid.

Le Sainte-Crix David Huerzeler a déjà, à son actif, un titre de champion d’Europe. Il tentera à nouveau sa chance en 2010 à Madrid.

Ambiance automnale, soleil radieux, les Rasses paressent langoureusement sous la douce chaleur de Râ en ce samedi après-midi. Un chalet, comme tant d’autres dans la région, la porte de ce qui peut être considéré comme un garage s’ouvre et, soudain, nous voilà projeté dans le monde des compétiteurs de force de poigne: hard rock, magnésie et fonte y font bon ménage. Accueil convivial et tutoiement de rigueur sont au rendez-vous. Tout comme ces sept compétiteurs qui se sont affrontés dans une ambiance festive et amicale dans autant d’épreuves. Parmi eux, David Huerzeler, qui a organisé cette journée de A à Z. Venu de l’escalade, il a été champion d’Europe de force de poigne en 2005 et il organise annuellement ce raout, dont les trois meilleurs obtiennent une place pour les Européens, qui auront lieu, pour l’édition 2010, à Madrid.

Les olé ibériques sont précédés des «allez» de chacun pour encourager ses potes. Dont Manuel, venu de France voisine: «J’ai connu David voici dix ans et, même si je ne m’entraîne plus du tout, je suis venu par plaisir et par amitié. Cette compétition a un niveau très élevé car elle regroupe quatre des meilleurs spécialistes du continent européen, Anglais exceptés, et c’est un honneur pour moi d’y participer.»

Autre régional de l’étape, Raphaël, lui non plus, ne s’entraîne pas spécifiquement à la force de poigne, mais il dévoile sa recette du succès dans ce domaine: «Chaque mouvement des membres est très technique et doit être travaillé; de plus, l’effort étant très court il convient d’être au top de son influx nerveux.»

Pour l’organisateur, «les principales communautés se trouvent aux Etats-Unis, en Angleterre, en Allemagne et en Finlande. Nous avions d’ailleurs eu, l’année dernière, des participants de ces deux derniers pays. Cette fois, nous accueillons une majorité de Français, car aucun concours de ce genre n’est organisé dans l’Hexagone».
Et comme l’on n’est jamais aussi bien servi que par soi-même, David l’a finalement emporté au terme des sept épreuves, devant les Français Julien Beck et Romain Harter. Bienvenido a Madrid!

Pascal Willommet