Logo

Un triple saut direction Sarajevo

12 décembre 2018 | Edition N°2394

Vainqueur de la Pilatus Cup de Lucerne, Anaïs Coraducci représentera la Suisse au prochain Festival olympique de la jeunesse européenne. De quoi aborder les Championnats nationaux élite sans pression.

Deux dates étaient soulignées en rouge dans le calendrier de compétitions d’Anaïs Coraducci, cette saison. Celle de la Pilatus Cup de Lucerne, qui servait de sélection pour représenter la Suisse au Festival olympique de la jeunesse européenne (le FOJE, plus connu sous l’acronyme anglais EYOF) en Bosnie-Herzégovine, ainsi que celle des Championnats de Suisse élite. La Cheyroise a parfaitement négocié le premier de ces deux rendez-vous de fin d’année, elle qui vient de remporter la compétition lucernoise réservée aux juniors et, du coup, de valider son ticket pour Sarajevo, où elle se rendra en févirer prochain.

«C’était mon premier gros objectif cette saison», se réjouit celle qui, avec un total de 139 points le week-end dernier, a devancé sur le podium ses deux rivales pour la sélection au FOJE de respectivement onze et vingt unités environ. La patineuse du CPA Yverdon occupait déjà la première place de l’épreuve après le court, devant la Tessinoise Isabella Albertoni et la Lucernoise Nicola Zaika. Une position qu’elle a confortée lors du programme long, passant tous ses sauts – dont six triples –, «même si quelques réceptions n’étaient pas très nettes», tempère-t-elle.

La plus jeune

C’est donc le moral gonflé à bloc qu’Anaïs Coraducci abordera les Championnats de Suisse élite, ce week-end à Wetzikon. A 15 ans, elle sera la plus jeune des candidates à griffer la glace zurichoise. Et ce sera la première fois qu’elle prendra part aux Nationaux dans la catégorie reine. «J’espère bien faire, oui, mais il s’agira surtout d’une belle expérience. C’est très motivant de se retrouver là», lance celle qui aimerait parvenir à se hisser dans le top 5.

Alexia Paganini, qui a pris part aux Jeux olympiques de Pyeongchang l’hiver dernier, partira favorite. Attention, aussi, à Yasmine Yamada, tandis que plusieurs autres patineuses, comme Anaïs Coraducci, peuvent espérer monter sur le podium.

Pour sa part, la Turinoise d’adoption – elle passe la plupart de son temps en Italie, pays où elle s’entraîne depuis deux ans; le reste du temps à Yverdon-les-Bains, auprès de Yahel Nicodet – se rend à Wetzikon sans pression, elle qui s’y présentera pour apprendre, ce d’autant plus qu’elle aurait pu choisir de s’aligner encore en juniors – elle avait fini 3e l’hiver dernier – pour tenter d’aller décrocher l’or, plutôt qu’avec l’élite. Désireuse de progresser continuellement, elle a décidé de se présenter là où elle trouverait le plus d’adversité. «Je m’y rends sereine, espérant proposer des programmes propres, et simplement montrer ce que je sais faire.»

Accent artistique

Anaïs Coraducci a réalisé d’évidents progrès cette saison, malgré une blessure qui a retardé sa préparation durant l’été. «Ceci dit, ça m’a permis de plus travailler le côté artistique», glisse celle qui est justement passée d’une structure à Bergame à celle de Turin, réputée pour ses chorégraphies. Le côté technique n’est bien sûr pas éludé, puisqu’elle fait partie des rares filles en Suisse capables de présenter une combinaison triple-triple. Autant d’atouts qui, si tout se passe comme espéré, peuvent permettre de rêver à l’exploit.

 

 

David Vindice en lice, Ilona Lattion blessée

Un deuxième membre du CPA Yverdon patinera aux Championnats de Suisse ce week-end. Ce sera dans la catégorie des hommes, où le Fleurisan David Vindice (23 ans) fait partie des sept patineurs inscrits et, donc, candidats au titre de la catégorie.

Autre régionale qui aurait pu prendre part à l’épreuve de Wetzikon, Ilona Lattion a dû renoncer après s’être blessée en chutant lourdement sur la glace en octobre dernier. L’Yverdonnoise du club de La Chaux-de-Fonds a souffert d’une fracture et a été opérée à deux reprises. «Je marche encore à l’aide de béquilles, mais les interventions se sont bien passées», rassure la patineuse de 20 ans.

Manuel Gremion