Logo

Un Urbigène inspire Ursula Meier

29 mai 2015

Orbe – L’enseignant spécialisé Claudio Vallone a reçu, chez lui, la célèbre réalisatrice, qui était intéressée par son livre sur les ados en prison, en vue d’un futur film.

L’ouvrage sur les jeunes en détention, à Valmont, de l’Urbigène Claudio Vallone a tapé dans l’oeil de la réalisatrice Ursula Meier, qui prépare un film sur ce thème pour la télévision. © Pillonel -a

L’ouvrage sur les jeunes en détention, à Valmont, de l’Urbigène Claudio Vallone a tapé dans l’oeil de la réalisatrice Ursula Meier, qui prépare un film sur ce thème pour la télévision.

Recevoir la célèbre réalisatrice Ursula Meier chez soi, partager une pizza avec elle, pendant qu’elle vous raconte son amitié avec Woody Allen. Voici l’histoire peu banale qui est arrivée à un enseignant spécialisé d’Orbe, Claudio Vallone. Tout commence il y a, une année environ, quand l’homme publie, «Qui sont ces ados qu’on enferme?», un livre poignant et inédit. Il y raconte le parcours de jeunes passés par le Centre communal pour adolescents de Valmont, à Lausanne, où lui-même a travaillé durant dix-huit ans.

L’ouvrage rencontre un certain succès. Un mois après sa sortie, il est classé 3e des meilleures ventes de Suisse romande dans la catégorie «essai», devant -pour l’anecdote- les biographies de Vladimir Poutine et de Hillary Clinton. Epuisé, le livre doit être réimprimé. Il est surtout repéré par une certaine Ursula Meier, réalisatrice franco-suisse qui s’est fait connaître du grand public par ses deux films «Home», en 2008, et «L’enfant d’en haut», en 2011, un dernier long-métrage qui a reçu l’Ours d’argent au Festival du film de Berlin. «Elle m’a téléphoné, se souvient Claudio Vallone, encore tout étonné. Elle m’a raconté qu’elle préparait un court-métrage pour la télévision RTS, justement sur des jeunes en prison, qu’elle avait beaucoup apprécié mon livre et qu’elle était intéressée par le parcours de certains des jeunes que j’avais décrits.»

Un peu naïvement, Claudio Vallone l’invite à venir manger à la maison, chez lui, à Orbe. A sa grand surprise, Ursula Meier accepte. Le menu sera simple: pizza, préparée par l’épouse de l’éducateur. La cinéaste apprécie visiblement l’échange. «C’était très sympa, souligne l’Urbigène. Nous avons discuté jusqu’à tard dans la soirée. Elle a évoqué son amitié avec Woody Allen ou Vanessa Paradis et nous a parlé de son échange sur messagerie mobile, juste avant le souper, avec la comédienne Léa Seydoux, alors en plein tournage du prochain James Bond…»

Au final, Claudio Vallone ne sait pas ce qui restera de leur discussion dans le futur film d’Ursula Meier, qui rencontrera également d’autres personnes pour préparer son court-métrage. Qu’importe, il demeurera le souvenir d’une soirée un peu spéciale, qui a lui permis d’entrouvrir un tout petit peu une porte sur le monde du cinéma.

 

Yan Pauchard