Logo

Une année record pour la betterave vaudoise

3 février 2012

Les producteurs suisses, dont une grande majorité se trouve dans notre région, ont bien travaillé en 2011! Bien aidés par des conditions météorologiques parfaites, les betteraviers nord-vaudois ont livré à la Sucrerie d’Aarberg des quantités «encore jamais vues»!

Fritz Blaser, responsable de l’approvisionnement de la sucrerie d’Aarberg, a déclaré avoir «vécu une campagne de récolte jamais vue dans sa carrière»! Jean-Philippe Décoppet, président des betteraviers de la plaine de l’Orbe, approuve.

«Il y a une année, c’est vrai, j’avais exprimé mes craintes lors de cette même période de l’année. Nous avions connu, alors, une baisse de 1000 hectares de production de betteraves par rapport à l’année 2009. Aujourd’hui, je peux le dire, il n’y a que des raisons de se réjouir. Nous avons effectué, en 2011, une immense récolte et les rendements ont été très bons!» Ainsi s’est exprimé Fritz Blaser, responsable de l’approvisionnement de la Sucrerie d’Aarberg, devant une soixantaine de betteraviers venus de la plaine de l’Orbe, mardi à Ependes, haut lieu de la betterave vaudoise.

Fritz Blaser n’est de loin pas un nouveau venu dans le monde de la betterave, mais a été, de son propre aveu, étonné de l’excellence de cette récolte 2011: «Nous avons transformé passé 10 000 tonnes de betteraves par jour! Leur qualité était bonne, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur. Je peux affirmer que nous avons travaillé des quantités encore jamais vues à Aarberg. Heureusement que nous avons investi dans la technique et que nous avons beaucoup travaillé, et vite, sinon nous serions aujourd’hui encore en train de traiter les betteraves. En fait, le seul problème que nous avons eu, c’est qu’il n’a pas été facile de stocker toutes cette quantité! Il a fallu trouver des locaux en-dehors de l’usine, dans des lieux pas forcément adaptés à la conservation du sucre. Il a donc fallu bien empaqueter le sucre, mais tout s’est bien déroulé finalement.» La rançon du succès!

Si l’année a visiblement été très bonne en ce qui concerne les Sucreries d’Aarberg en général, le constat est d’autant plus vrai pour les producteurs nord-vaudois de betteraves, comme l’a encore expliqué Fritz Blaser: «Les rendements ont été très bons partout, avec une moyenne de 92 tonnes de betteraves par hectare en Suisse. Bon, vous, les betteraviers de la plaine de l’Orbe, vous allez rigoler si je dis cela, puisque chez vous, on était plus proche de 115 tonnes par hectare! Les betteraves ont été très belles, grâce notamment aux conditions météorologiques excellentes du début à la fin de la récolte, ce que l’agriculteur ne peut pas maîtriser, mais aussi grâce à l’expérience et au travail de vous tous. Je suis toujours émerveillé de voir comment on peut passer d’une petite graine à une belle betterave de plus d’un kilo!» Un Fritz Blaser très en verve, voire même poétique sur la fin de son intervention («C’est joli à voir un train rempli de betteraves!»), mais aussi très précis dans le calcul des chifres. Ainsi, ce sont pas moins de 80 000 tonnes de betteraves qui ont été chargées à la rampe de Chavornay, contre 43 000 à celle d’Ependes, qui est amenée à être fermée à court terme. Onnens, Orbe et Yverdon suivent à bonne distance. Le taux de sucre dans les betteraves se monte à environ 18%, ce qui se situe dans une bonne moyenne.

Un bilan 2011 donc en tous points excellent, tout comme les projections pour l’année à venir!

 

Timothée Guillemin