Logo

Une grange en fête

5 juillet 2019 | Edition N°2533

Une vieille ferme familiale retrouve ses heures de gloire grâce
au festival sOnnenScène.

Tout a commencé avec le décès de Jeanne Grin, la grand-maman de Christèle Willenegger. A la suite de cette perte, ses trois fils décident de vendre la vieille ferme dont ils ont hérité et qui se situe à l’entrée du village d’Onnens. Mais juste avant la mise en vente de celle-ci, un sursaut de «sentimentalisme» rattrape Christèle Willenegger et son époux, Serge. Le duo se dit alors que cette maison doit rester dans la famille et décide de reprendre la bâtisse. Et pour la remettre au goût du jour, des travaux étaient indispensables.

Mais voilà. Entre l’idée et la concrétisation, il y avait un obstacle. Comme la ferme est classée, il y a des normes strictes à respecter pour pouvoir la transformer en habitation. Vu l’étendue du projet, rénover étape par étape ne semblait pas judicieux aux yeux du couple. Alors, en attendant, il a eu une autre idée: «On avait prévu d’organiser une fête avec nos proches et nos amis en 2015 pour nos vingt ans de mariage. Et comme on s’est rencontrés grâce à la musique, il fallait que la réunion soit basée sur la musique», précise Serge Willenegger.

Avant de pouvoir inviter du monde, le couple a d’abord dû se retrousser les manches. Il a fallu nettoyer, vider et remettre en état la grange. Mais cela en valait la peine car leur petite fête a été un grand succès. Et le duo a eu envie de recommencer. C’est comme ça qu’est né sOnnenScène, un festival familial niché dans la grange à Jeanne.

Antithèse des grands évènements, sOnnenScène se veut accessible à tous, et d’ailleurs les concerts sont gratuits (chapeau à la sortie). «Chaque année, on prend un artiste pour bousculer les conventions et faire découvrir des nouveautés à notre public», s’enthousiasme Serge Willenegger, à l’aube de la quatrième édition de la manifestation, qui se déroulera samedi (lire encadré). Et d’ajouter: «L’idée est de mettre des musiciens et des groupes locaux en valeur, de consommer local et d’organiser un festival à échelle humaine. Il n’est pas nécessaire de prendre des groupes très connus pour avoir de la qualité. Ici, les musiciens sont souvent plus proches du public, plus sincères que lors des grands évènements. Il est tellement important de maintenir des activités locales que ce soit au niveau artistique, ou des liens entre les gens. Le festival sOnnenScène s’inscrit dans cette philosophie de combattre la centralisation et la consommation de masse.»

Dans la grange à Jeanne, il y a trois espaces distincts. Tout d’abord la grange, utilisée comme salle de concert, avec sa charpente apparente, ses bottes de foin faisant office de canapés et ses petites tables de bois. Puis, la large cave voûtée, qui vaut à la maison d’être classée, et qui devient un lounge rafraîchissant durant la manifestation. Enfin, la terrasse extérieure, sous un tilleul, avec une vue imprenable sur le coucher du soleil sur le Jura….

––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

Quatrième édition samedi

Lucie et les P’tits Bémols assureront l’avant-concert à 18h30 à Onnens, rue de l’église 14. Ils seront suivis par Evelyn et Kristina Brunner et leurs accordéons schwytzois, des instruments classiques utilisés pour jouer un répertoire moderne. La Nord-Vaudoise Sophie Sciboz interprétera des tubes de la chanson française, juste avant que Sacha Ruffieux, dit Sacha Love, mette le feu à la scène avec son blues et son rock.

 

Véronique Meusy