Logo

Une vraie fête du vélo chez les bisons

29 avril 2015

Cyclisme – Le Tour de Romandie a débuté, hier, par un contre-la-montre entre Le Sentier et Juraparc, où l’équipe Sky s’est imposée de justesse.

L’équipe Cannondale, dans le dur lors de l’ascension du Mont d’Orzeires. © Duperrex/Cala

L’équipe Cannondale, dans le dur lors de l’ascension du Mont d’Orzeires.

Deux heures avant le début de la course, Hans Steiner, s’affaire sous l’arche, à Juraparc. Un rouleau à la main, l’ancien président du Vélo-Club Vallorbe repeint la ligne d’arrivée. Les averses de la nuit avaient considérablement effacé l’ouvrage de la veille. Peu à peu, alors que l’heure H approche, le public afflue au Mont d’Orzeires, pour se placer le long des barrières, observant les coureurs en reconnaissance. Le Tour de Romandie 2015 va bientôt commencer. Même le préfet Etienne Roy est venu donner un coup de main, en tant que bénévole, pour l’occasion.

L’équipe Trek pendant la reconnaissance. © Duperrex/Cala

L’équipe Trek pendant la reconnaissance.

Dans la salle de presse, Andy Rihs, le propriétaire de BMC, fait une apparition. Il a toujours quelque chose d’intéressant à raconter. Alors, rapidement, il est entouré de nombreux journalistes. Il vante les qualités de jeunesse de son équipe, et loue spécialement Stefan Küng, l’objet de toute l’attention des médias suisses. «Il est fort physiquement, mais aussi dans la tête. Il sait où il se situe et où il veut aller», commente le boss de BMC, à propos de sa pépite. «On dit de lui qu’il est le futur Cancellara», lui fait-on remarquer. «Il est le futur Küng, répond Andy Rihs. En Belgique, ils l’ont déjà surnommé King Küng!»

L’équipe Astana, de Vincenzo Nibali, a concédé 17 secondes à Sky. © Duperrex/Cala

L’équipe Astana, de Vincenzo Nibali, a concédé 17 secondes à Sky.

Il fait frais et le soleil fait de trop rares apparitions pour véritablement réchauffer l’atmosphère. Peu importe, tout le monde est au bord de la route quand la caravane passe dans l’aire d’arrivée, alors qu’au Sentier, les gens sont encore plus nombreux pour encourager les coureurs. A l’horizon, deux cyclistes arrivent à contresens. Romuald Deque et Simon Meuterlos arrivent de Métabief. Ces deux jeunes sportifs ont mis un peu plus de quarante minutes pour rejoindre le Mont d’Orzeires. «On fait le sport-études de ski, mais une fois la saison d’été arrivée, on fait du vélo pour la forme, raconte le second nommé. On vient voir l’étape, puis on fera un tour du lac.» Des costauds.

BMC n’a pas réalisé la performance attendue sur les routes de la vallée de Joux. © Duperrex/Cala

BMC n’a pas réalisé la performance attendue sur les routes de la vallée de Joux.

Les plus malins -ou courageux-ont marché les quelques centaines de mètres qui séparent le parc aux bisons du sommet du col, afin de voir les équipes arriver dans la montée depuis Le Pont. Les passionnés, surtout, car c’est là que se font entendre les plus vifs encouragements.

17h31, la Sky franchit la ligne d’arrivée avec une petite seconde d’avance sur Orica Greenedge (lire ci-contre). Les hommes de la formation britannique se congratulent. Leur leader Chris Froome sera au rendez-vous, cette année encore. C’était la fête du cyclisme à Juraparc. A quelques pas de là, les bisons n’ont pas bronché.

 

La victoire pour six dixièmes

La formation Sky a tenu son rang en remportant la première étape du Tour de Romandie, un contre-la-montre par équipes de 19,2 km. Ce n’est pas son leader Chris Froome qui a revêtu le maillot jaune, mais son lieutenant Geraint Thomas, le premier à avoir franchi la ligne.

Emmenée par plusieurs autres rouleurs de premier plan -Peter Kennaugh et Ian Stannard notamment-, la Sky s’est imposée sur le fil à Juraparc, devant la formation australienne Orica GreenEdge, battue de six dixièmes. Un dénouement amer pour le Thurgovien Michael Albasini, qui aurait pris le maillot jaune si Orica avait gagné cette étape.

A la place, c’est donc Geraint Thomas qui est devenu le premier leader de ce Tour de Romandie 2015. Le Gallois, vainqueur cette année de la classique du GP E3, avait déjà porté le maillot jaune sur les routes romandes en 2012.

Même s’il a laissé les honneurs à son coéquipier à l’issue de cette journée initiale, Chris Froome est bien le grand gagnant de ce chrono par équipes. Le double tenant du titre a pris de la marge sur ses principaux rivaux pour le classement général, à commencer par le Colombien Nairo Quintana, dont la formation Movistar a lâché 40 secondes. Cela s’est mieux passé pour la troisième star de la semaine, Vincenzo Nibali, devancé de 17 secondes avec Astana.

L’équipe suisse IAM et son leader Mathias Frank se sont bien défendus (8e à 24’’). Déception en revanche pour la formation américano-helvétique BMC qui espérait mieux que sa 6e place (à 19’’).

 

Danilo Wyss: la barbe et les jambes

C’est avec un nouveau look, barbe bien fournie, que Danilo Wyss franchit l’arrivée avec quatre autres coureurs de la BMC. A chaud, on le sent un peu contrarié. «On n’est arrivés qu’à quatre au sommet de la dernière bosse, alors on a dû en attendre un, expliquait-il. On a une équipe jeune, et un ou deux coureurs manquent un peu d’expérience.»

L’Urbigène est très content de sa forme: «J’ai de super jambes. J’ai pas mal travaillé le contre-la-montre durant l’hiver et le printemps. Ça a payé. Pour moi, on aurait pu aller plus vite encore.» Il évoque ensuite la particularité des chronos par équipes: «Ce sont des courses dures pour tout le monde. C’est très technique. Pour ma part, c’est quelque chose que j’aime beaucoup.»

Hier soir, l’heure était à l’analyse du classement au sein de BMC. «On va discuter et définir les rôles pour les étapes à venir», souligne le Nord-Vaudois. Et à propos de la gestion des basses températures annoncées cette semaine sur le Tour de Romandie? «Ce ne sera pas évident, mais en tant que Suisse, j’ai l’habitude de rouler dans ces conditions, tranche Danilo Wyss. Il faudra gérer les tenues pour ne pas avoir froid, ni risquer de surchauffer et de ne plus avancer.»

Manuel Gremion

Où voir passer les coureurs aujourd’hui

La deuxième étape du Tour de Romandie emmènera, aujourd’hui, les coureurs d’Apples à Saint-Imier (168,1 km). Ils passeront encore dans le Nord vaudois!

En début d’étape, ils seront à Orbe et à Vuiteboeuf. Ils sont attendus dès 14h19 à Sainte-Croix, d’où ils attaqueront le montée du col des Etroits (grand prix de la montagne, deuxième catégorie), avant de filer en direction du val de Travers. L’arrivée de l’étape est prévue vers 17h07 à Saint-Imier.

Rédaction