Logo

Yverdon, la tête dans les toiles

31 octobre 2016 | Edition N°1860

Football – 1re ligue – YS a fait un carnage sur les balles arrêtées, pour Halloween, écrasant Guin.

Alex Gauthier (de face) congratule Babacar Dia, auteur d’un doublホ samedi au Stade Municipal. ©Champi

Alex Gauthier (de face) congratule Babacar Dia, auteur d’un doublホ samedi au Stade Municipal.

La formation de Philippe Perret se hisse au premier rang du championnat. Yverdon Sport a pris la tête, au soir de Halloween. Celle du championnat et, comme la grande faucheuse, celle de Guin. Giflés à cinq doigts une semaine plus tôt par Etoile Carouge (5-0), les Singinois ont tendu l’autre joue au Stade Municipal, pour le même résultat.

Entreprenant en début d’affrontement, YS a pourtant dû s’en remettre aux balles arrêtées pour débloquer la situation. «Parfois, comme aujourd’hui (réd : samedi), ça ne passe pas dans le jeu. Ça l’a fait sur les corners et coups francs», se réjouissait Babacar Dia, qui avait enfilé son costume préféré, celui d’épouvantail du jeu aérien. L’arrière central a frappé deux fois de la citrouille. Pour ouvrir la marque à la demi-heure de jeu, d’une tête plongeante. Pour enfoncer le clou à la 68e, d’un coup de collier en pleine toile. Entre-temps, avant la pause, son complice en défense, De Pierro, avait lui aussi fait valoir sa détente pour inscrire le 2-0 d’une tête piquée.

Si les premiers ballons bottés par Chappuis n’étaient pas assez tendus pour apporter du danger, une fois la mire ajustée, le demi d’YS s’est fait l’auteur de trois passes décisives.

Des visiteurs fantomatiques

Et Guin, dans tout ça ? La formation de Martin Lengen n’a donné des frissons au public qu’à une reprise, à la 25e. Alors qu’Yverdon avait besoin de souffler après son assaut initial, Gigic, dans la profondeur, a bien failli tromper Zwahlen. Le tir du buteur fribourgeois, dévié par Dia, a contraint le gardien nord-vaudois a un arrêt en deux-temps et du bout des doigts. Au-delà de cette occasion, incapable de se libérer de son 4-1-4-1 disposé bas dans le terrain, le onze des visiteurs, fantomatique, a erré au gré de la bise, permettant aux défenseurs yverdonnois de passer un début de soirée bien tranquille. Ces derniers en ont profité pour promener leurs centimètres dans les seize mètres adverses et marquer les trois premiers buts pour leurs couleurs.

Une semaine plus tôt, après la victoire 1-0 obtenue à Fribourg, l’attaquant Alex Gauthier voyait l’avenir positivement. «On va retrouver le Stade Municipal la semaine prochaine. On marque beaucoup à la maison», rappelait-il à raison. Les cinq pions d’avant-hier -et ils auraient pu être bien plus nombreux ont, d’ailleurs, permis à YS de passer devant l’ex-leader Lancy à la différence de buts. Après les coups de tête de Dia et De Pierro, Rushenguziminega, entré à la pause, a inscrit une merveille de goal : contrôle de la poitrine et reprise fulgurante. Une réussite qui fera du bien au centre-avant en quête de confiance. Deschenaux a scellé le score dans le final, à la conclusion d’un beau mouvement collectif.

A nouveau organisé avec une défense à quatre, en l’absence du suspendu Rossé, YS a convaincu dans tous les secteurs. «Non seulement on a marqué cinq fois mais, en plus, on a réussi à garder notre cage inviolée », soulignait encore Babacar Dia, le croque-mitaine des Singinois.

Manuel Gremion