Logo

Yverdon Sport sur sa lancée

17 octobre 2016 | Edition N°1850

Football – 1re ligue – Vainqueurs 4-2 samedi dernier, les hommes de Philippe Perret ont eu de la peine à passer définitivement l’épaule face à Etoile Carouge. Mais ils ont fait l’essentiel en prenant les trois points.

L’Yverdonnois Florian Gudit (à g.) a trouvé le poteau à la 40e. ©Champi

L’Yverdonnois Florian Gudit (à g.) a trouvé le poteau à la 40e. ©Champi

Après sa probante victoire par 7-0 au 1er tour des qualifications pour la Coupe de Suisse contre La Sarraz-Eclépens une semaine auparavant, Yverdon Sport a aussi renoué avec la victoire en championnat, samedi dernier, suite à ses matches nuls face à Martigny, Naters et au leader Lancy. Mais le succès 4-2 n’a pas été facile à obtenir contre un Etoile Carouge inférieur sur le fond de jeu et au décompte du nombre des occasions, mais qui s’est battu jusqu’au bout pour tenter d’arracher le match nul. Notamment après être parvenu à revenir à 3-2 par ce diable de Joyce, entré au début de la seconde période.

Ce dernier a, en effet, mis le feu à au moins trois reprises dans les seize mètres yverdonnois, profitant de quelques hésitations qui auraient pu coûter cher. «On s’est fait peur après avoir pris deux buts d’avance», relevait d’ailleurs Lianel Lauper, auteur d’un bon match et dont les montées solitaires sur la droite ont débouché sur au moins trois occasions, ainsi que sur le second penalty accordé par l’arbitre. Le Nord-Vaudois a été bousculé aux neuf mètres pendant qu’il armait un tir, qui a filé à côté. «C’était la tactique du coach de me faire monter ainsi, quand les ouvertures se présentaient.»

Après avoir concédé l’ouverture du score en début de partie, les locaux ont repris les commandes grâce à deux buts sur penalty inscrits par Moussilou (23e et 62e), puis à une réussite de Deschenaux (69e).

Reste que la rencontre aurait pu prendre plus vite une autre tournure si le tir puissant du capitaine Florian Gudit n’était pas allé s’écraser sur le poteau (40e), au moment où les hommes de Philippe Perret pressaient tant et plus les Genevois pour prendre l’avantage. «Mon père me dit tout le temps que je ne tire pas assez au but ! Quand ce ballon est revenu dans mes pieds, après qu’on a réussi à inquiéter l’arrière-garde adverse à deux reprises, j’ai tenté ma chance aux 25 mètres. Dommage que cette frappe n’a pas fait mouche, réagissait le demi d’YS. Sinon, les Carougeois n’ont vraiment pas été facile à manœuvrer et nous ont donné du fil à retordre après leur deuxième but.»

En fait, Yverdon Sport n’a pas vraiment trouvé le parfait amalgame dans ce match, comme on a déjà pu le vérifier à d’autres reprises depuis le début de la saison. L’équipe alterne d’excellentes périodes, comme ce fut le cas, samedi, entre la 40e et la 70e minute, avec des moments d’hésitation et de doute. Contre Carouge, sa supériorité était évidente, mais elle n’a quand même pas tranquillisé ses supporters jusqu’à sa 4e réussite, signée Khelifi, à la dernière seconde. «On a commis pas mal d’imprécisions et on a eu des trous, reconnaissait l’arrière d’YS Esteban Rossé. Il était difficile de donner du rythme à la partie. Mais l’essentiel, c’est que nous avons fait les trois points.»

Yverdon Sport – Etoile Carouge 4-2 (1-1)

Buts : 12e Kernou 0-1 ; 23e, pen., et 62e, pen. Moussilou 2-1 ; 69e Deschenaux 3-1 ; 76e Joyce 3-2 ; 94e Khelifi 4-2.

Yverdon : Zwahlen ; De Pierro (46e Cazzaniga), Rossé, Dia ; Lauper, Gudit, Schertenleib, Challandes (65e Khelifi); Deschenaux, Moussilou (74e Rushenguziminega), Gauthier.

Entraîneur : Philippe Perret.

Carouge : Eyer ; Reymond, Paturaux, Bah, Virchaux ; Lohneux (74e Degga Baddy), Dechène, Mettler, Avdulahi (74e Fazlija); Kernou, Kahlaoui (46e Joyce). Entraîneur : Claudio Morelli.

Notes : Stade Municipal, 520 spectateurs. Arbitrage de Tobias Thies, qui avertit Deschenaux et Avdulahi (41e, jeu dur), Schertenleib (47e, jeu dur), Virchaux (59e, jeu dur), Gudit (64e, antijeu) et Dechène (93e, jeu dur).

Roger Juillerat