Logo

A la mémoire des gueules cassées

29 octobre 2018 | Edition N°2362

Ballaigues – Anniversaire très solennel, samedi matin, pour les cent ans de l’Armistice de 14-18, en présence de hauts fonctionnaires français.

Il y avait du beau monde au petit cimetière de Ballaigues, samedi matin. Une délégation du Souvenir français d’Yverdon-les-Bains organisait un moment de recueillement à l’occasion du 100e anniversaire de la signature de l’Armistice du 11 novembre 1918.

Cette année, la cérémonie était également l’occasion de remercier chaleureusement le colonel Alexis Merdacci, attaché défense à l’Ambassade de France à Berne, qui a oeuvré pour que soit rendue possible la restauration du monument aux morts de Ballaigues. En raison du gel, celui-ci présentait de grandes fissures qui menaçaient de le mettre à terre. Jean-Charles Bou, consul général adjoint à Genève, était également présent, tout comme plusieurs autorités politiques françaises et suisses.

Moment très solennel que celui où les hymnes français, suisse et européen ont retenti dans le petit cimetière de Ballaigues.

Moment très solennel que celui où les hymnes français, suisse et européen ont retenti dans le petit cimetière de Ballaigues.  © Michel Duperrex

Sous ce monument reposent sept soldats français morts pour la France durant la guerre de 14-18. Pourchassés par les Allemands, ils étaient arrivés à Ballaigues à pieds. Les autorités locales les avaient pris en charge. Nourris et hospitalisés, ils étaient tous décédés rapidement à cause d’une intoxication au gaz moutarde. Ils reposent désormais en terre suisse.

D’autres soldats français ont vécu des épreuves similaires aussi bien à Yverdon-les-Bains qu’à Moudon, Sainte-Croix ou Orbe. En tout, ce sont quinze sites en Suisse, dont onze en Suisse romande, qui abritent désormais les corps de ces soldats défunts. Des cérémonies similaires auront lieu sur chacun de ces sites de mémoire. Car comme le relevait le colonel Alexis Merdacci, «Nous nous devons de rendre hommage à tous ceux qui sont tombés pour la France.»

La délégation a ensuite procédé au dépôt de gerbes de fleurs devant le monument, avant d’écouter religieusement les hymnes nationaux français, suisse et européen.

Dominique Suter