Logo

Une course aux déchets version 2.0

26 février 2018 | Edition N°2193

Sophie et Roberto Ricciuti ont importé le concept suédois du plogging dans la Cité d’Othon. Le couple grandsonnois a proposé, hier, la première édition d’un événement qui a permis de combiner le jogging au ramassage des déchets. Au total, 27 participants, dont 14 enfants, sont venus tester cette nouvelle discipline à la fois sportive et écologique.

Il est souvent difficile de se motiver à enfiler un survêtement, à ressortir ses baskets du placard et à aller courir, même pour une courte distance. D’autant plus lorsque les conditions météorologiques ne sont pas favorables. Le plogging, qui allie le jogging au ramassage de déchets (lire encadré), poussera peut-être les indécis à exercer une activité physique, tout en faisant un geste pour l’environnement. C’est bien là les objectifs des organisateurs de l’événement dédié à cette nouvelle tendance qui s’est tenu hier à Grandson.

Coureurs amateurs, Sophie et Roberto Ricciuti ont immédiatement été séduits par ce concept suédois. «L’idée nous a tout de suite plu. Nous avons deux enfants, un âgé de 8 ans et l’autre de 10 ans, nous voulions leur montrer le bon exemple. Le plogging a aussi un côté éducatif», affirme Roberto, le père de famille.

Pour cette première édition,  27 participants, dont 14 enfants, séparés en trois groupes et répartis sur des parcours différents selon les niveaux, ont parcouru les allées de la Cité d’Othon pour ramasser des déchets, tout en faisant du sport.

«On regrette de ne pas avoir fait davantage de publicité, peut-être que nous aurions eu encore plus de monde», précise Roberto Ricciuti, tout de même satisfait du succès de l’événement.

Environ 65 kg de détritus

Après l’effort, le réconfort pour les coureurs a été de pouvoir peser la quantité impressionnante de déchets ramassés, mais aussi de reprendre des forces dans le hall d’entrée de la Salle des Quais. Les boissons chaudes, mises à disposition par le restaurateur Nicolas Schenk, n’étaient pas de trop vu la météo.

Au total, après avoir parcouru environ 18 kilomètres -somme des distances des trois parcours- les sportifs ont rapporté 65 kilos de détritus. «Parmi les objets insolites, nous avons trouvé des pneus, une corbeille à linge, et même une déclaration d’impôt remplie», sourit Roberto Ricciuti.

Vu la réussite de cet après-midi écolo-sportif, le plogging pourrait connaître d’autres éditions dans la commune. «Nous aimerions organiser ça une à deux fois par année», annonce Sophie Ricciuti. «Il faudrait que d’autres personnes se joignent à nous pour élargir le comité d’organisation et pourquoi pas le périmètre d’action», se réjouit son mari.

Gianluca Agosta