Logo

Du congélateur au vide sanitaire

23 novembre 2016 | Edition N°1877

Orbe – Le drame de Montchoisi s’accompagne de détails qui lui confèrent une dimension sordide. Point sur l’affaire.

La petite maison des horreurs. ©PhV

La petite maison des horreurs.

De nouvelles informations, qu’à l’heure actuelle la Police cantonale dit «ni confirmer ni infirmer», viennent éclairer d’une lueur tragique le drame découvert à Orbe le 23 octobre dernier*.

Il apparaîtrait en effet qu’au sein d’un couple à la dérive et un peu marginal, la femme se soit pendue et que D.M., son compagnon, ait choisi de faire disparaître son corps, plutôt que d’appeler la police. Cet aspect du drame doit encore être établi par des investigations complémentaires.

Ce qui reste avéré, c’est que, le temps de trouver un endroit adéquat pour s’en débarrasser, il aurait placé ce corps dans un congélateur. Et pour justifier de son absence, il indiquait à ses enfants que leur mère était «partie en Corse».

Une disparition habillée sous l’alibi d’une forme d’escapade destinée à «faire le point» et à «se ressourcer». Ce qui expliquerait qu’elle n’ait pas pris son natel et soit demeurée injoignable.

Eau chaude et caveau

Pendant ce temps, D.M. Creusait un tombeau dans le vide sanitaire de la petite maison occupée par le couple. Seulement, au moment d’y «offrir» une sépulture à la défunte, il a constaté qu’elle ne pouvait y entrer en raison de son séjour dans le congélateur. Il s’est alors aidé d’eau chaude, afin de conformer la pauvre dépouille au sinistre caveau.

Et, devant sa fille aînée qui commençait à s’inquiéter de la véracité de cette absence prolongée, D.M. Se montrait de plus en plus évasif, allant même jusqu’à glisser que «de là où elle est, elle ne reviendrait pas». Cette dernière s’est alors ouverte de ses inquiétudes à son entourage, qui l’aurait encouragé à se tourner vers la police. Et quand les gendarmes sont finalement venus cogner à sa porte, D.M. Leur aurait confié, dans un souffle un rien simenonien : «Je vous attendais.» Tout comme la communication des autorités judiciaires, qu’une porte-parole de la Police cantonale prévoit toutefois «dans les semaines à venir».

*Lire aussi notre édition du 25 octobre.

Bref rappel

La police a effectué d’importantes fouilles autour de la villa d’Orbe. Elles ont abouti le dimanche 23 octobre dernier. L’opération a mobilisé policiers scientifiques, médecin légiste et pompiers.

Enregistrer

Philippe Villard