Logo

Edition diabolique et record pour La Favorite millésime 2018

9 juillet 2018 | Edition N°2284

Quelque 800 participants étaient au départ de la randonnée cyclotouriste yverdonnoise, hier aux Isles. Un quart d’entre eux s’est élancé sur le grand tracé.

Du soleil, des nouveaux parcours et un record de participation à la clé. La 16e édition de la randonnée cyclotouriste yverdonnoise a fait un carton avec quelque 800 cyclistes au départ, hier. C’est une centaine de plus que le précédent record. Et le parcours le plus difficile, le Diabolique (110 km et plus de 2000 mètres de dénivelé), a séduit près de 200 courageux. «C’est la première fois que le tracé le plus exigeant attire autant de monde», s’est réjoui Raymond Briand, un président aux anges et qui a tenu à rappeler que la formule sera reconduite les deux prochaines années.

La barre des 800 participants a également été atteinte grâce aux nouvelles catégories kids, qui ont finalement attiré une soixantaine de partants, enfants et accompagnants compris, sur des parcours adaptés de 10 et 20 km.

A la lecture des chiffres, le constat devient évident: les gens sont à la recherche de défis, et le grand parcours de La Favorite en était un à la hauteur des attentes. Au final, Danilo Mathez – il a grandi à Neuchâtel et habite désormais à Saint-Gall – et le Grandsonnois Guillaume Payot ont bouclé dans l’ordre le parcours (114 km réels) en 3h46, quelques minutes avant le Gruyérien Sylvain Ecoffey et les régionaux Yann Gysler et Raoul Payot.

Un parcours qui séduit

Les hommes de tête – tous des anciens compétiteurs trentenaires, pour la plupart vététistes et qui se sont inscrits le matin même – ont longtemps collaboré, avant la montée de La Robella, qui a servi de véritable juge de paix, dans une belle dynamique sportive. «En groupe, plutôt que d’aller rouler tout seul chacun dans notre coin, cela nous oblige à nous faire un peu mal, à donner du rythme», soutenait Sylvain Ecoffey, bien que La Favorite ne soit pas une course, mais bien une randonnée. Son camarade Danilo Mathez, taillé pour la montagne et qui a placé l’accélération décisive, a adoré: «J’ai découvert plein de chemins, des petites routes sympas, avec peu de trafic. C’était vraiment agréable.»

Guillaume Payot relevait, pour sa part, la difficulté de la boucle. «Comme c’était très sélectif dès le début, cela a permis de composer des petits groupes, et c’est ainsi que ça collabore le mieux.»

Ancien junior du Vélo Club Orbe, Yann Gysler, désormais 34 ans, a repris la petite reine il y a une année environ. A présent établi à Ependes, l’ancien Urbigène a vite retrouvé ses sensations, lui qui a pu rivaliser avec les plus rapides. «Le parcours était rude et varié, avec une vue imprenable. Et, surtout, on a roulé dans une excellente ambiance», ajoutait le jeune papa, son lot d’histoires à raconter sur son périple, comme 800 autres amateurs de cyclisme.

Manuel Gremion