Logo

Feu vert du Canton aux éoliennes

8 mai 2013

Le Canton de Vaud a levé les oppositions au projet de parc éolien de Sainte-Croix. Une étape est franchie, mais la route s’annonce encore longue.

Un public nombreux avait débattu des éoliennes, avant que le corps électoral, par 53% des voix, ne se prononce en faveur du projet.

«Nous attendions cette décision depuis février de l’année dernière. On a franchi une étape, et c’est bien.» Franklin Thévenaz, a, comme à son habitude, accueilli avec calme la décision cantonale sur le projet de parc éolien des Gittaz et du Mont-des-Cerfs, à Sainte-Croix. Il sait en effet que la route qui devrait aboutir à la concrétisation du projet lancé il y a quinze ans déjà est encore longue.

Le Service du développement territorial (SDT) du Canton de Vaud a annoncé hier la mise en consultation, sous l’autorité du Département de l’intérieur, de la décision finale relative au Plan d’affectation cantonal «Eoliennes de Sainte-Croix» et du rapport d’impact sur l’environnement. L’ensemble du dossier peut être consulté jusqu’au 6 juin prochain au Greffe de la Commune de Sainte-Croix.

Par ailleurs, le Département des infrastructures et des ressources humaines a approuvé le projet routier lié au PAC «Eoliennes Sainte-Croix», alors que la Direction générale l’environnement a rendu une décision concernant le défrichement, tant pour le projet d’éoliennes que pour la route d’accès.

Oppositions levées

Dans une décision très motivée -elle fait une quarantaine de pages- le Canton rappelle toutes les étapes du projet, les nombreuses séances d’information, les études et les rapports établis dans le cadre de ce projet.

Les oppositions, émanant de particuliers, mais aussi de la Fondation suisse pour la protection et l’aménagement du paysage, de Pro Natura Vaud, d’Helvetia Nostra, de l’Association pour la défense de la Gittaz et du Mont-des-Cerfs et de 1674 signatures à titre individuel, ont été levées.

Mais il ne fait aucun doute que les opposants vont saisir la Cour de droit administratif et public du Tribunal cantonal. C’est dire que de nouveaux épisodes sont prévisibles, indépendamment de la mise à l’enquête du projet par la Commune.

 

Isidore Raposo