Logo

Ils font bloc derrière l’ex-commandant

18 juin 2018 | Edition N°2269

Les élus ont exprimé leur consternation, jeudi dernier, face à l’éviction de Claude Rutishauser du commandement de l’ORPC du Jura-Nord Vaudois. Une résolution a été déposée en guise de soutien à l’ancien gradé et de réprimande au comité directeur.

L’organe délibérant a tenu à exprimer son soutien à Claude Rutishauser, loué tant pour ses qualités humaines que professionnelles. © Duperrex-a

Le Conseil communal de Chavornay a voulu avoir des explications, jeudi dernier, sur les raisons de la mise à l’écart de Claude Rutishauser, ancien commandant remplaçant de l’Organisation régionale de protection civile (ORPC) du Jura-Nord vaudois. Un homme loué pour son long service et ses qualités professionnelles et dont le départ inopiné avait ému plusieurs membres de l’assemblée. L’organe délibérant a donc interpellé le municipal Pascal Desponds pour tenter de faire la lumière sur cette affaire.

Le chef du dicastère de la Sécurité publique a annoncé avoir participé, le 16 mai dernier, à la réunion extraordinaire de l’association intercommunale de l’ORPC, à l’invitation de la commune d’Onnens. Le comité directeur y avait esquivé la question, invoquant le «secret de fonction» du président, Pierre-Alain Lunardi. Même son de cloche de la part du conseiller PLR Claude Auberson, qui a assisté, le 17 mai dernier, à une réunion des anciens délégués de l’ORPC d’Orbe et région, dont les demandes d’explications n’ont obtenu qu’un silence embarrassé de l’ancien comité.

Remise en question attendue

En réponse, Claude Auberson a proposé au délibérant d’adopter une résolution. Celle-ci affirme que «le Conseil communal de Chavornay est choqué» par le licenciement du commandant remplaçant de l’ORPC et constate qu’aucun «juste motif» n’a été invoqué. De plus, Claude Auberson a regretté que l’assemblée du 16 mai se soit déroulée à huis-clos, se désolant du «manque de transparence du comité directeur», tout en reconnaissant le travail et les compétences, professionnelles comme humaines, de Claude Rutishauser. Pour le conseiller communal PLR, le but d’une telle résolution «n’est pas de polémiquer, mais d’abord de remercier Claude et de lui apporter du soutien» puis «d’inciter à une remise en question du Comité directeur (Codir)».

En réponse, le syndic Christian Kunze a apporté son appui symbolique. Si «la Municipalité ne peut pas signer» ce texte, «elle l’aurait fait volontiers», a-t-il précisé. La résolution a été approuvée à l’unanimité moins quatre abstentions, témoignant de la solidarité des élus de la commune envers  Claude Rutishauser.

Guillaume Guenat

Rédaction