Logo

La Municipalité présente sa vision du stationnement

14 janvier 2016

Yverdon-les-Bains – Les nouveaux aménagements prévus au Plan directeur du stationnement ont été présentés, hier. Le déploiement des macarons reprendra dès le mois de juin prochain et de nouvelles possibilités seront offertes aux pendulaires du centre-ville.

DRComme annoncé dans notre édition de vendredi dernier, la Municipalité d’Yverdon-les-Bains a présenté, hier, les nouveaux aménagements prévus pour le Plan directeur du stationnement.

Pour rappel, ces décisions font suite à l’étude complémentaire demandée par l’Exécutif quelques semaines après l’entrée en vigueur des premières mesures dudit plan, notamment l’introduction des macarons dans l’hypercentre, alors appelée zone A, en mars 2015.

Un déploiement qui avait alors suscité passablement de plaintes émanant des quartiers périphériques qui, très vite, avaient constaté un afflux d’automobilistes en quête de places de stationnement, parfois de longue durée, sans avoir à s’acquitter du prix du macaron.

Les résultats de l’étude connue, la Municipalité a donc décidé d’effectuer quelques aménagements du Plan directeur du stationnement afin, entre autres, «de restituer les places de stationnement aux habitants des quartiers et à leurs visiteurs», comme l’a expliqué le chef de la Police administrative, Vincent Audemars.

Concrètement, dès le mois de juin prochain, le déploiement des zones macarons, qui passent de huit à trois, reprendra progressivement, à partir du centre. L’objectif étant que, en plus de ceux de l’hypercentre, tous les quartiers attenants (en bleu sur la carte) soient munis de ce système dans un délai d’une année, soit d’ici juin 2017.

«Cette étape se fera en prenant en compte les réalités du terrain. On doit faire preuve de pragmatisme et de souplesse, afin d’éviter tout report», décrit Vincent Audemars. Dans les faits, les macarons devraient donc être introduits en partant du nord de la ville et en descendant vers le sud.

«Mais en se laissant une marge de manoeuvre, afin d’adapter l’ordre de déploiement en fonction de l’éventuelle pression exercée par les usagers pendulaires dans les quartiers», explique la municipale Valérie Jaggi Wepf. Les macarons devraient donc rapidement faire leur apparition dans les secteurs des Cygnes et de l’avenue Haldimand.

Quant à la finalisation et aux ajustements de la mise en oeuvre des macarons dans les derniers quartiers périphériques, ils sont prévus pour 2018.

Plus de possibilités

A noter que les pendulaires des rues piétonnes et du centre-ville n’ont pas été oubliés, puisque, dès le mois de juin, ils bénéficieront également d’aménagements. Ainsi, pour ceux des rues piétonnes, munis d’un macaron, en plus de ceux de la Patinoire, de l’Hippodrome et d’Y-Parc, ils pourront désormais stationner dans les parkings du Midi, de l’Ancien Stand et de l’Ancien Poids public. Quant à ceux du centre-ville, ils pourront se garer au parking du Midi et dans celui du Centre sportif des Isles. Enfin, notons qu’une harmonisation des zones payantes, au centre-ville, est également à l’agenda.

Toutes les informations sont disponibles sur le site: www. ylb.ch/stationnement

Raphaël Muriset

 

Mise en oeuvre des premières mesures

Un premier bilan plutôt positif

Le bilan de la première phase d’application du Plan directeur du stationnement est dans l’ensemble positif, particulièrement pour les habitants qui ont vu la restitution de places disponibles à proximité de leur domicile. Avec un prix de 270 francs par année, le macaron a intéressé un grand nombre de résidents du centre-ville en 2015. Le niveau de satisfaction est également élevé pour la vingtaine d’entreprises ayant obtenu un droit de stationnement pour des raisons d’usage indispensable (dépannage, livraison). Par contre, la demande a été moins forte qu’attendue en ce qui concerne les deux opportunités de stationnement à la journée pour les pendulaires, situées au parking des Rives du Lac et au P+R Yverdon-Sud. Cependant, l’augmentation récente des cadences des lignes TRAVYS entre Y-Parc et le centre constitue une opportunité de renforcer l’attractivité du P+R.

Enfin, la possibilité de s’acquitter des taxes de parking au moyen de smartphone a remporté un réel succès, limitant les coûts de collecte de la monnaie et de maintenance des parcome tres.

Com.