Logo

La Ville d’Yverdon «gèle» les postes

20 novembre 2013

 Le budget 2014 de la Cité thermale prévoit un déficit de 2,9 millions de francs. La Municipalité a décidé d’imposer un statu quo au niveau du personnel.

Dans la salle de la Municipalité : Pierre Meyer, chef du Service des finances de la Ville (à g.), et le syndic Daniel von Siebenthal.

Le budget 2014 d’Yverdon-les-Bains est placé sous le signe de la rigueur. Malgré d’importants efforts, celui-ci prévoit un déficit de 2,9 millions de francs, pour un total de charges de 234 millions de francs, avec une marge d’autofinancement estimée à 16 millions de francs. «Un exercice tout en prudence», a commenté hier le syndic Daniel von Siebenthal, au moment de la traditionnelle présentation du budget à la presse.

C’est que l’équilibre financier communal reste des plus fragiles. Dans une volonté «de limiter au maximum les dépenses de fonctionnement, sans toucher aux prestations assurées par la Ville», la Municipalité imposera pour 2014 un gel du nombre de postes de travail, qui se monte aujourd’hui à 410 équivalents plein temps. «Les besoins des différents services sont avérés, mais tout le monde doit participer à l’effort», justifie le syndic, avant de préciser : «Un effort de guerre.» Malgré cette décision, les charges en personnel augmenteront l’année prochaine de 2,6%, une hausse essentiellement due à la recapitalisation de la Caisse intercommunale de pensions (CIP) pour 1,1 million de francs.

La réserve des autorités est d’autant plus de mise que la Cité thermale va au devant de gros investissements ces prochaines années, dont les deux plus importants sont, selon Daniel von Siebenthal : la construction d’un nouveau collège secondaire rendu nécessaire par l’accroissement de la population (60 millions de francs) et le premier tronçon de la route de contournement acceptée il y a une année en votation populaire (30 millions de francs). A noter encore que le budget 2014 a été positivement influencé par l’accord entre le Canton et les communes qui prévoit que l’Etat prenne à son compte une partie des coûts résiduels issus des soins à domicile, ce qui représente une économie de 850 000 francs pour Yverdon. Enfin, la dette s’élève à 171 millions de francs au 15 octobre 2013.

Yan Pauchard