Logo

Le coup de gueule du syndic a été entendu

2 novembre 2015

Orbe – Le Conseil communal décide d’augmenter l’impôt communal et accepte la modification du Plan partiel d’affectation du quartier «Sous le Signal».

Le syndic d’Orbe, Claude Recordon. © Duperrex -a

Le syndic d’Orbe, Claude Recordon.

Face à l’explosion du déficit budgétaire, le Conseil communal d’Orbe a décidé, jeudi soir, d’augmenter de deux points le barème de l’impôt communal. Mais «le coup de gueule» du syndic Claude Recordon (La Région Nord vaudois du 29 octobre) a eu pour effet de modérer les discussions au sein du Conseil, au moment du dépôt du préavis municipal sur le budget 2016, qui prévoit un déficit de l’ordre de 2 millions de francs sur un total des charges proche des 41 millions.

Un budget qui a eu une incidence sur la décision de porter à 74% du barème cantonal, le taux d’imposition communal. Une décision différente de la conclusion du préavis de la Municipalité, qui prévoyait, initialement, de maintenir le point d’impôt à 72 % du barème cantonal.

Le syndic a alors précisé, quand il a fallu soumettre au Conseil le nouveau taux d’imposition, que les données budgétaires des charges imposées par le Canton n’étaient pas connues et, à l’issue du vote, il a remercié l’organe délibérant pour sa décision: «Vous nous accordez ainsi des rentrées fiscales supplémentaires de plus de 400 000 francs et portez notre marge d’autofinancement à 1,8 million.»

Auparavant, au conseiller qui pensait que l’augmentation d’impôt ferait mal au portemonnaie, Claude Recordon a démontré que, par tranche de 10 000 francs d’impôts cantonal et communal, la hausse représentait une augmentation de 88 francs et 30 centimes, soit moins de 1% de la facture actuelle.

Le deuxième point de l’ordre du jour soumis au vote des conseillers a passé la rampe à une écrasante majorité. Il s’agissait de la modification du Plan partiel d’affectation au lieu-dit «Sous le Signal». Un terrain, à l’entrée d’Orbe quand on arrive depuis Mathod, occupé par un garage et une carrosserie ddétruits.

Désormais, cet espace sera en zone mixte et pourra accueillir des logements ainsi que des surfaces commerciales et administratives.

Pierre Blanchard