Logo

Le Grand Hôtel des Rasses au firmament

13 novembre 2018 | Edition N°2373

L’établissement du Balcon du Jura a reçu, hier, la prestigieuse distinction d’Hôtel historique de l’année 2019.

Il faisait très beau, hier à la mi-journée, au Grand Hôtel des Rasses. Non seulement à l’extérieur, mais aussi dans les cœurs, en particulier dans celui de Bernard Russi, au moment où l’établissement a reçu la distinction d’Hôtel historique de l’année 2019. Lorsque, il y a près de dix ans, il avait fait part à ses proches de son intention d’acquérir ce bâtiment historique, ils avaient crié au fou.

Mais le patron du Groupe Boas, qui exploite notamment le Grand Hôtel des Bains et le Centre thermal à Yverdon-les-Bains, a persévéré. Il a acquis l’hôtel jurassien à titre personnel. C’est dire qu’hier, au moment de la remise du prix par la section nationale suisse du Conseil international des monuments et sites (Icomos), en collaboration avec GastroSuisse, hotelleriesuisse et Suisse Tourisme, l’homme avait le sourire… et le triomphe modeste. «C’est vrai que j’ai cru dès le début à son potentiel. Ce prix nous encourage beaucoup. Cela valait la peine d’insister», a expliqué le propriétaire.

L’état de la maison, mais aussi sa situation juridique particulière – une propriété par étage (PPE) dont le patron de Boas détient 75% – auraient fait fuir plus d’un investisseur. Mais la passion l’a emporté. Et le patron de partager ce succès avec le directeur Patrice Bez et toute son équipe.

Le bonheur est d’autant plus grand que, dès janvier, le Grand Hôtel des Rasses rejoindra le prestigieux réseau des Swiss Historic Hotels, qui compte désormais 56 établissements dans son catalogue. Autant dire qu’il fait très fort, l’année même où il fête ses 120 ans d’existence.

Gerold Kunz, président du jury, a relevé l’effort de rénovation exemplaire, dans le respect des règles de l’art et du patrimoine, de cet hôtel qui a connu ses premières heures de gloire au début du XXe siècle.

La distinction de Restaurant historique de l’année 2019 est, elle, revenue à la flotte Belle Epoque sur le Léman, alors que la Fondation de la Chartreuse d’Ittingen (TG) a obtenu un prix spécial.

Isidore Raposo