Logo

Le projet de Coop déchaîne les passions

27 avril 2016 | Edition N°1731

Yvonand – Le Conseil communal a longuement débattu d’un sujet hautement émotionnel: le déménagement de la Coop du centre à l’entrée ouest du village.

A l’heure où la Cité thermale voisine cherche des solutions pour redynamiser son centre-ville, Yvonand se prépare à vivre l’un des printemps les plus intéressants, mais aussi l’un des plus importants depuis fort longtemps, en lien avec un enjeu concernant le coeur du village. L’objet des discussions? Un préavis de vente d’une surface de quelque 6200 m2 en faveur de Coop société coopérative, afin que celle-ci puisse transférer son commerce actuel du centre du village, dans lequel elle se sent trop à l’étroit, sur un site où la surface de vente pourrait être doublée, à l’entrée ouest de la cité.

Un préavis qui a très longuement été débattu par les autorités politiques tapa-sabllias, lundi dernier, en présence de 42 conseillers et devant un public bien plus nombreux qu’à l’accoutumée, composé de citoyennes et citoyens fortement intéressé(e)s par le développement de leur cité, ainsi que par les implications qui en découleront.

La Municipalité, par la voix de son syndic Philippe Moser a, tout d’abord, rappelé le contexte historique, ainsi que sa position sur ce sujet, souhaitant lier la vente au distributeur bâlois d’une partie de la parcelle du «Marais de Mordagne» à une réflexion plus en profondeur sur l’avenir même de ce quartier: «Que veut-on faire de cette zone, que fait-on de l’avenir du village? Notre centre actuel est assez restreint.» Le chef de l’Exécutif concluait, provisoirement, son intervention en demandant à chacun «de garder son calme et de rester à l’écoute des arguments d’autrui, afin de conserver les idées claires».

Les interventions individuelles ont ensuite fusé de toutes parts, qui pour demander un financement accru de la Coop dans les infrastructures à créer, qui pour transmettre son inquiétude sur le futur du centre du village et des petits commerçants locaux qui le font vivre. Sur ce plan, le municipal Guy-Daniel Beney s’est fait fort de rappeler que deux commerces avaient fermé leurs portes dans un passé récent, malgré la présence du géant de la distribution à son emplacement actuel.

La mobilité a également été l’un des soucis de l’organe délibérant, avec la crainte de voir un afflux supplémentaire de véhicules traverser le village si le projet venait à être accepté. Ce d’autant que Philippe Moser avait, peu auparavant, étayé la position de la Municipalité avec l’argument que sa concrétisation permettrait à la région d’être davantage attractive au niveau de l’offre.

Beaucoup d’incertitudes

Ce projet, ô combien important pour le futur d’Yvonand, a également mis en lumière l’absence d’une vision partisane au profit d’une vision citoyenne. L’incertitude sur le futur visage de la commune et, corollaire, sur le développement d’une de ses zones emblématiques, s’est reflétée dans les multiples approches des membres du Législatif: en cas de refus du projet, la Coop quittera-t-elle la cité des bords de la Menthue? Non, pour l’un d’entre eux, «car Yvonand est une poule aux oeufs d’or pour le distributeur». Philippe Moser entretenait le flou, bien malgré lui: «Nous n’avons, à ce jour, aucune prise de position officielle de la Coop. Tout reste ouvert. L’Exécutif ne pourrait contraindre celle-ci à rester si elle ne le désirait plus.»

Sur la question de savoir si la Coop payait des impôts à la Commune, le syndic a déclaré ne pas pouvoir répondre sur le moment.

Pour deux des citoyennes venues assister aux débats, le scepticisme restait de mise au terme de la soirée: «Une concentration de commerces dans le centre est une bonne chose, car les habitants s’identifient à celui-ci. Si ce projet passe la rampe, cela cassera une dynamique.»

Le préavis est dans les mains du Conseil communal, qui devra se prononcer lors de la séance, forcément exceptionnelle, du 17 juin prochain. Le printemps s’annonce donc hautement émotionnel et chaud bouillant à Yvonand.

Aurélien Abla