Logo

Les Yverdonnoises passent à 4 secondes de l’exploit

12 octobre 2009

Les joueuses de 1re ligue d’Uster/Stäfa sont venues chercher leur qualification au bout du suspense lors des prolongations contre les dames de l’USY Handball. Epilogue cruel.

Traitement de faveur: l’Yverdonnoise Shadya Goumaz est prise à la gorge. Et au final, c’est Uster/Stäfa qui aura le dernier mot.

Traitement de faveur: l’Yverdonnoise Shadya Goumaz est prise à la gorge. Et au final, c’est Uster/Stäfa qui aura le dernier mot.

Il est des matches qui restent gravés dans les mémoires. Celui de Coupe suisse entre Uster/Stäfa (1re ligue) et Yverdon (2e ligue), à Léon-Michaud, ne sera pas oublié de sitôt par les Nord-Vaudoises. Par son final, cruel, qui a vu les Zurichoises revenir à 24-24 à quatre secondes de la sirène finale, puis faire la différence en prolongation. Par son intensité, aussi. Les protégées de Julien Ballif ont réalisé une grande performance. «Elles me surprennent toujours», affirmait l’entraîneur dans nos colonnes, avant le match. Il ne s’était pas trompé. Ses joueuses sont passées à deux doigts de l’exploit, au terme d’un chassé-croisé lors duquel aucune des deux équipes n’est parvenue à prendre plus de deux longueurs d’avance.

Après le duel, Julien Ballif était partagé: «Je ne pensais pas qu’on ferait si bien. Et finalement, on aurait pu gagner. Mais je suis très satisfait de la performance d’ensemble.» Shadya Goumaz n’en pensait pas moins: «Il nous a manqué un peu de chance. C’était un bon match, mais on ne méritait pas de perdre, disait-elle, tout autant déçue qu’énervée après cette courte défaite. En marquant juste avant la fin, elles ont eu le moral regonflé à bloc pour la prolongation.»

Surtout, c’est la vitesse d’exécution qui a étonné, bien plus intense qu’en championnat. Et les Yverdonnoises ont soutenu la comparaison. Puis, lorsque le meilleur atout offensif des Alémaniques, Rahel Baldinger, s’est mise à boitiller, à douze minutes de la fin du temps réglementaire -elle n’a marqué plus qu’une fois ensuite-, les locales ont passé l’épaule, prenant même deux longueurs d’avance à moins de deux minutes du terme.

Las, cela n’a pas suffi. «Nos adversaires se sont montrées plus endurantes que nous», admettait Shadya Goumaz. L’USY a dû faire sans Aria Boss, touchée à la cheville, dès la 19e minute de jeu. Ce qui a contraint Julien Ballif à changer de dispositif et a laissé un peu moins de sang neuf sur le banc yverdonnois. Une tuile pour le reste de la saison également.

Uster/Stäfa aura aussi fait la différence en infligeant un traitement individuel à l’expérimentée Fanny Petitpierre, contrainte à se muer en spectatrice sur le terrain, en fin de rencontre. Mais les Yverdonnoises ont surtout montré avoir la stature pour briguer une place en 1re ligue. Ça non plus, elles ne devront pas l’oublier.

Yverdon – Uster/Stäfa 28-29 a. p. (13-13 11-11 2-3 2-2)
Yverdon: Graf-Ballif (Ahmetovic); Langellotti (1), Goumaz (8), Gomes de Sousa (6), Affolter, Petitpierre (9), Boss (1). Ntsama Essengue (3), Redzic, Vallotton. Entraîneur: Julien Ballif.
Uster/Stäfa: Schluep; Baur (4), Baldinger (10), Kohler (5), Wetter (2), Gloor (4), Müller (1). Dietsche, Dolder (3). Entraîneur: Thomas Gschwend.
Notes: Léon-Michaud, 80 spectateurs. Arbitres: C. Russo et A. Baina.
Manuel Gremion