Logo

L’Exécutif veut «Sports 5»

22 février 2016 | Edition N°1686

Yverdon – Demande de crédit pour un site stratégique

La ville devrait débourser 6,1 millions de francs pour la parcelle et ses bâtiments. © Duperrex -a

La ville devrait débourser 6,1 millions de francs pour la parcelle et ses bâtiments.

Nouveau rebondissement concernant l’avenir de l’ensemble immobilier de l’avenue des Sports 5, à Yverdon-les-Bains, qui abrite, entre autres, la salle de L’Amalgame. Alors qu’en 2013, la Municipalité avait finalement renoncé à acheter cette parcelle se situant en bordure du secteur Gare-Lac -pour des raisons de stratégie financière-, l’Exécutif ne souhaite pas laisser passer sa deuxième chance de se voir acquérir ce lieu défini comme «stratégique pour la ville». Il s’apprête, donc, à demander un crédit au Conseil communal pour l’acquisition de cette zone et de ses bâtiments.

Alors que la précédente demande d’investissement pour ces mêmes 15 400 m2 avait été faite à hauteur de 5,3 millions de francs, en novembre 2012, avant d’être retirée en mars 2013, le nouveau préavis demande un montant de 6,1 millions de francs. «Il s’agit, pour la Municipalité, de profiter d’une opportunité d’achat dans un des secteurs clés de la ville et d’assurer la maîtrise du sol dans une zone où elle détient l’ensemble des parcelles », est-il indiqué dans le préavis.

Cette parcelle est occupée par plusieurs bâtiments construits il y a une soixantaine d’années par la société Horace Décoppet Holding, l’une des grandes entreprises de construction et de génie civil de la région. Après sa faillite, au milieu des années nonante, l’ensemble a été acquis par Charles Decker et certains bâtiments ont été transformés pour en faire un centre pluriculturel. Aujourd’hui, les locaux appartiennent à l’architecte Philippe Gilléron et certains servent de dépôt ou d’atelier. Comme lors du projet initial, cette parcelle sera complémentaire au futur quartier Gare-Lac et conservera sa fonction actuelle, puisqu’elle permettra «l’aménagement futur d’une zone sportive et/ou de loisirs, ou la mise à disposition de terrains pour des activités artisanales».

Les services de la Ville ont été consultés et ont, pour la plupart, donné un avis favorable à l’achat de cette parcelle, sur laquelle ils semblent déjà se projeter. Parmi les nombreux projets cités dans le préavis, cette zone, dont le total locatif est estimé à 435 000 francs et la rentabilité à 6,9%, permettrait de répondre aux besoins en locaux de différents services qui doivent entreposer du matériel. Mais il serait également possible d’y installer le local technique du chauffage à distance de la station d’épuration ou d’y aménager provisoirement les bureaux de l’administration et de la section «jardins» du Service des travaux et de l’environnement avant sa délocalisation dans le quartier «aux Parties». Cette zone pourrait encore être intégrée au stade municipal (vestiaires, terrains, logements pour camps, etc…), ou servir au Service de la culture pour y développer un pôle culturel.

Muriel Aubert