Logo

Mehdi Challandes pense à la promotion

14 août 2009

Mehdi Challandes sous les couleurs d'Yverdon Sport.

Mehdi Challandes sous les couleurs d'Yverdon Sport.

Après un match nul un peu rageant contre Lausanne, Yverdon Sport s’apprête à vivre un nouveau derby romand, demain à 19h30 au stade de La Praille, contre Servette. Les hommes de Vittorio Bevilacqua retrouveront un ancien coéquipier, Mehdi Challandes. Le latéral, qui a été prêté six mois à Yverdon par le FC Zurich, évoque le début de saison de son nouveau club.

La Région: Mehdi, Yverdon Sport avait annoncé que vous resteriez au club cette saison. Finalement, vous avez rejoint Servette. Que s’est-il passé?

Mehdi Challandes: J’ai fait un mois de préparation à Zurich, à qui j’appartiens, puis j’avais la possibilité de retourner à Yverdon ou de rester dans le contingent du club de Super League. Mais je sais que je n’y aurais pas jouer. J’étais aussi en contact avec Servette de longue date, avant ma venue à Yverdon. J’ai décidé de relever ce nouveau défi.

A YS, vous avez mis un peu de temps à vous imposer. A Servette, vous êtes un titulaire à part entière. Votre intégration y a-t-elle été plus aisée?

Je suis arrivé dans le Nord vaudois en hiver, alors que l’équipe était troisième, ce n’était pas évident. Mais après, j’ai montré, à l’entraînement, que j’en voulais, et, au final, je suis assez satisfait du temps de jeu dont j’ai bénéficié.

Jouer à Yverdon et à Servette, est-ce différent?

Servette est un club plus professionnel et jouer à La Praille, ça fait toujours quelque chose. Le public genevois est plus exigeant, aussi. Il y a plus de pression, nous sommes plus critiqués.

Beaucoup voient les Grenat jouer les premiers rôles.

Le groupe est bon et l’objectif est clair: nous devons terminer parmi les cinq premiers. La promotion? On y pense tous, bien sûr, mais après la dernière saison qu’a connu Servette, on se doit de rester prudents.

Un pronostic, pour le derby romand de demain?

Yverdon est une bonne équipe, mais je pense que nous allons gagner 2-0.

Lionel Pittet