Logo

Un château-phare

3 mars 2020 | Edition N°2696

Les Fondations propriétaire et exploitante du château unissent leurs forces pour engager une révolution.

Plus d’un demi-millénaire après la fameuse bataille qui a sonné la déroute de Charles le Téméraire, duc de Bourgogne, le château de Grandson est le théâtre d’ambitions renouvelées, mais bien plus pacifiques. En effet, la Fondation SKKG (Stiftung für Kunst, Kultur und Geschichte), propriétaire, et la Fondation du Château de Grandson, exploitante, ont uni leurs forces pour faire du monument médiéval un édifice vivant, en le dotant d’une muséologie de qualité, interactive et susceptible d’attirer un large public.

Elle incarne le renouveau

Entourée des représentants des partenaires et des spécialistes qui vont donner une nouvelle vie au château, Bettina Stefanini, présidente de la SKKG, a présenté hier après-midi les grandes lignes d’un programme qui se veut ambitieux. Car le deuxième château le plus important du pays, et le troisième le plus visité du canton de Vaud, mérite de devenir un véritable phare, tant du point de vue historique – il bénéficie de la note 1 à l’inventaire architectural –, que touristique. La fréquentation du monument, actuellement de 30 000 visiteurs par année, devrait progresser par étapes à 80 000.

Président de la Fondation du Château de Grandson, Tristan Gratier est brièvement revenu sur le passé et les difficultés à entretenir et, en même temps, animer l’édifice: «La volonté était là, mais encore fallait-il avoir les moyens et les capacités.»

Des millions à investir

Aujourd’hui, la nouvelle équipe dirigeante de la SKKG, emmenée par Bettina Stefanini, a clairement opté pour faire du château de Grandson le site central de ses activités. Non seulement les moyens sont mis à disposition – plusieurs millions de francs –, mais il y a surtout le trésor accumulé par le fondateur Bruno Stefanini.

Dans ce patrimoine qualifié d’hétéroclite figure, notamment, l’une des plus grandes collections d’arbalètes au monde (170 pièces). à Grandson, elle trouvera bientôt un écrin à sa mesure.

Largement ouvert

Membre du comité de la SKKG, Charlotte Gutscher a précisé que la rénovation était étendue à l’ensemble du site et que la plus grande partie des locaux et espaces extérieurs seraient ouverts au public, avec une garantie d’accessibilité aux personnes handicapées dans 80% des surfaces, grâce à un monte-charge que le public découvrira en septembre prochain, à l’occasion des Journées du Patrimoine.

Le conservateur Camille Verdier a, pour sa part, présenté les principaux axes de cette action visant à faire du château une maison vivante avec une vision touristique. à ce sujet, les dirigeants des deux fondations envisagent «avec bienveillance» le transfert de la Maison des terroirs, qui joue aussi le rôle d’Office du tourisme, au châtelet. La réception du monument sera déplacée dans les celliers, occupés jusqu’à un passé récent par le musée de l’automobile.

Spécialistes engagés

Pour la muséologie, le mandat a été confié à la société Steiner Sarnen, dont le représentant, Jean-Louis Vidière, a présenté quelques réalisations récentes. Le visiteur moderne veut qu’on lui raconte des histoires. Le Château de Grandson et ses mille ans d’existence recèlent un potentiel inexploité.

Aussi bien Bettina Stefanini que Tristan Gratier ont insisté sur la qualité d’un projet et d’un site qui veut s’inscrire comme un pont entre les deux principales régions linguistiques du pays; un pont dont les solides fondations ont été posées par Bruno Stefanini.

Isidore Raposo