Logo

Le «Vito Corleone» de Koh-Lanta

9 octobre 2017 | Edition N°2097

Montagny-près-Yverdon – Fabian Rocha Rocha, le participant nord-vaudois de l’émission phare de TF1, était l’invité du Blue Fit Club, vendredi dernier. Les quelque 200 personnes présentes ont visionné, avec lui, le sixième épisode.

De nombreuses personnes ont tenu à soutenir le quadragénaire, vendredi dernier. ©Michel Duvoisin

De nombreuses personnes ont tenu à soutenir le quadragénaire, vendredi dernier.

Depuis quelques années déjà, Fabian Rocha Rocha, le concurrent régional de Koh- Lanta Fidji, s’entraîne régulièrement au Blue Fit Club, une salle de fitness située En Chamard à Montagny-près- Yverdon. «Au fil du temps, nous sommes devenus proches», confie Pascal Mazzuchetti, le propriétaire des lieux, qui l’a convié à assister à la projection de l’épisode diffusé vendredi dernier. Près de 200 membres du club se sont déplacés pour soutenir l’aventurier nord-vaudois, qui a pris le temps de répondre à toutes leurs questions et de signer des autographes pour les enfants.

Pour rappel, le quadragénaire aux multiples tatouages s’est rendu aux îles Fidji, en avril dernier, afin de prendre part à l’émission de télé-réalité de la chaîne française TF1. Le principe : survivre sur une île abandonnée durant quarante jours. Cette année, les deux équipes étaient divisées entre les jeunes, qui constituaient la tribu rouge, et les anciens (âgés de plus de 30 ans), réunis sous la bannière des jaunes, avant que les cartes ne soient mélangées à nouveau.

 

Un malaise sur le tournage

 

L’aventurier a livré quelques secrets de tournage au public. ©Michel Duvoisin

L’aventurier a livré quelques secrets de tournage au public.

Le sixième épisode, diffusé vendredi dernier, commence avec le jeu de confort. Les membres des deux équipes sont retenus par un élastique et doivent réussir à attraper des bâtons de bambou, à chaque fois plus éloignés. Et c’est sportif ! A la clé : deux alléchantes côtes de boeuf. Le candidat suisse, désormais dans l’équipe jaune, donne de la voix pour motiver ses troupes.

Pourtant, durant la coupure publicitaire, Fabian Rocha Rocha fait une révélation surprenante : «J’ai vécu une expérience différente de ce qui a été diffusé, confie-t-il. Durant l’épreuve, j’ai ressenti un malaise et je me suis affaissé sur le sable. Il m’a fallu plus de quinze minutes pour récupérer, car j’étais épuisé. Les médecins m’ont reboosté avec un peu de sucre. C’est la raison pour laquelle je n’ai pas pu me rendre au paradis perdu (ndlr : une île où un candidat de chaque tribu est envoyé pour trouver des coffres cachés).»

 

«Baciami la mano»

 

Relativement en retrait durant les précédentes diffusions, Fabian Rocha Rocha s’est révélé en fin stratège, comparable à Vito Corleone, le personnage mafieux dans le film «Le Parrain» de Francis Ford Coppola. Dans cet épisode de Koh-Lanta, le candidat va même jusqu’à citer certaines répliques phares de ce chef-d’œuvre cinématographique.

Malgré cette image du padrino qui lui colle à la peau, pour avoir voulu éliminer Caroline, une autre candidate qui faisait pourtant partie des anciens, comme lui, il rétorque du tac au tac : «A ce stade du jeu, c’est au mérite que tout se joue. Je déteste les gens qui se plaignent tout le temps. De plus, je trouve inacceptable d’éliminer une personne méritante.» Et de poursuivre qu’il n’a pas été malhonnête envers sa partenaire de jeu. «Au contraire, si j’ai choisi d’évincer Caroline, c’est parce que j’estimais qu’elle n’aidait pas sur le camp. Je lui ai expliqué le fond de ma pensée, car je suis une personne cash.» Par ailleurs, l’homme regrette ce trait de caractère stratégique qu’on lui a attribué. «J’ai créé de nombreuses affinités avec les autres participants. Avec Manu, mon binôme, on a parcouru des kilomètres dans la forêt à la recherche de nourriture», révèle-t-il.

Quant à savoir s’il est le grand gagnant de cette saison, Fabian Rocha Rocha confie, un brin malicieux, qu’il ne peut rien divulguer pour l’instant.

Les téléspectateurs devront donc s’armer de patience avant de découvrir, vendredi prochain dès 21h, la suite des aventures du Nord-Vaudois.

 

Vers une nouvelle vie

 

Uruguayen par sa mère et Néo-Zélandais par son père qu’il n’a jamais connu, Fabian Rocha Rocha a vécu des moments très difficiles avant d’être adopté en Suisse. Marié et papa de deux enfants, il ne passe pas inaperçu dans la rue, avec ses nombreux tatouages polynésiens sur le visage.

«Cela fait partie de mon identité. Ainsi, j’ai pu passer à l’âge adulte», confie ce passionné de punk electro (il est le chanteur et fondateur du groupe Fhobi).

«Koh-Lanta m’a fait grandir et m’a permis de m’ouvrir aux autres, car je suis plus à l’écoute, reconnaît-t-il. L’homme, qui était travailleur social au sein de l’Etablissement vaudois d’accueil des migrants (EVAM), a démissionné de son poste, il y a quelques semaines, afin de se lancer dans un nouveau projet de vie. «Grâce à l’émission, j’ai compris que je disposais d’aptitudes pour le coaching personnel et l’esprit d’équipe. C’est pourquoi j’ai décidé d’ouvrir ma propre structure, afin d’apporter mes conseils aux personnes qui en ressentent le besoin.» Affaire à suivre.

Enregistrer

Valérie Beauverd