Logo

Le sport qui l’a menée à Glasgow

30 août 2017 | Edition N°2070

Dodgeball – Ex-cycliste de talent reconvertie, la Bavoisane Sylvie Schnyder a pris part aux Championnats d’Europe de sa nouvelle discipline avec l’équipe nationale.

Ballon des Foxes de Lausanne dans la main et maillot de l’équipe de Suisse sur les épaules, Sylvie Schnyder a sa cible en ligne de mire. ©Michel Duperrex

Ballon des Foxes de Lausanne dans la main et maillot de l’équipe de Suisse sur les épaules, Sylvie Schnyder a sa cible en ligne de mire.

Sacrée championne romande de VTT, de cyclisme sur route et de contre-la-montre à de multiples reprises durant sa jeunesse, Sylvie Schnyder était plutôt une habituée de l’effort solitaire, sur son vélo. Si elle continue à rouler régulièrement, la Bavoisane a pris goût à l’effort collectif, depuis une année et demie. Conviée par une amie à venir découvrir le dodgeball à Lausanne, la sportive s’est prise au jeu. «Avant de me rendre au premier entraînement, je me demandais dans quelle histoire je m’étais embarquée», confie celle qui, conquise par son essai, est devenue membre à part entière des Foxes, la première équipe créée en Suisse, en 2015. Elle a même été promue capitaine de l’équipe de Suisse mixte qui a disputé les récents Championnats d’Europe, en Ecosse.

«Me retrouver dans une équipe, entourée d’un groupe, m’a apporté une nouvelle source de motivation», raconte l’employée de Nestlé, à Orbe, qui prépare également un Bachelor en parallèle.

 

Plaisir et sérieux

 

Le club lausannois a été fondé par une bande d’amis qui, en 2014 et 2015, ont participé avec succès au tournoi de dodgeball sur sable organisé à Portalban. Qualifiés aux joutes européennes, suite à leur victoire, afin de représenter la Suisse, les Vaudois ont décidé de s’organiser en club -et donc de s’entraîner en salle, sur le terrain traditionnel de la discipline- après avoir constaté la différence de niveau existante avec les autres nations participantes. Ils ont, dans l’enchaînement, créé une fédération nationale. Depuis, les progrès sont évidents. A Glasgow, la délégation helvétique s’est présentée avec trois équipes (femmes, mixte et hommes), soit 27 joueurs en tout. Des éléments provenant des Foxes, forcément, mais également des Phoenix de la Broye.

«Tous les sélectionnés nous entraînons régulièrement ensemble, à Lausanne et à Yverdon, depuis plus d’une année, afin de progresser, souligne Sylvie Schnyder. Il y a donc une part de sérieux, même si la discipline conserve un esprit très décontracté et positif. D’ailleurs, à Glasgow, on a pu constater qu’il s’agissait d’une grande famille.»

Une famille qui grandit, en Suisse, pour le plus grand bonheur de ses pionniers.

 

La Suisse mixte 9e

 

L’équipe de Suisse mixte de Sylvie Schnyder a terminé 9e (sur 14) des Championnats d’Europe, disputés à Glasgow, il y a une dizaine de jours, du 17 au 20 août. Tombés dans un groupe relevé, avec les futurs 2es (Autriche), 3es (Ecosse) et 4es (Slovénie) de la catégorie, la sélection nationale a manqué d’un rien les quarts de finale, malgré une large victoire (22-6) contre les Pays-Bas. En matches de classement, les Helvètes ont, ensuite, dominé tour à tour l’Allemagne et la République tchèque. «On a bien joué, réussissant à rivaliser avec des nations plus expérimentées, se félicite la capitaine de 22 ans. On a aussi pu se rendre du travail qui reste à accomplir. L’expérience servira à nous inspirer de ce que font les meilleurs.»

 

En pleine expansion

 

Variante sportive de la balle aux prisonniers ou de la balle à deux camps, le dodgeball s’est développé dans les pays anglo-saxons avant tout. En substance, les matches opposent deux équipes de six joueurs qui, avec cinq ballons en jeu, doivent toucher leurs adversaires en tirant, afin de les éliminer. Attraper la balle en vol permet de sortir le tireur et de réintégrer un équipier.

En Suisse, la discipline en est à ses balbutiements. Quelques clubs commencent à naître ci et là. «L’intérêt est croissant. Rien qu’à Lausanne, le nombre de joueurs a doublé en un peu plus d’une année, affirme Sylvie Schnyder. Le sport est hyper accessible. Aux Foxes, certains sont claquettistes, d’autres viennent du baseball ou du foot…»

Enregistrer

Enregistrer

Manuel Gremion